Ils ont créé leur entreprise en Australie Pierre Elias, l'investisseur avisé

pierre elias, fondateur de cognit
Pierre Elias, fondateur de cOGnIT © PE

Vu son âge (38 ans) et la date toute récente de création de son entreprise (décembre 2011), on pourrait prendre Pierre Elias pour un débutant en quête d'aventure en Australie. C'est tout le contraire : le Français a bourlingué sur toute la planète (Nouvelle Calédonie, Suisse, Russie, Philippines...) et obtenu de hautes responsabilités avant d'atterrir au pays des kangourous. Directeur informatique chez Procter et Gamble, il démissionne en 2010 pour rejoindre Origin Energy, "l'équivalent australien d'EDF". Car il perçoit déjà l'incroyable boum des matières premières dans le pays, principalement dans les gaz de schiste. "Dans les dix prochaines années, plus de 300 milliards de dollars seront dépensés dans le secteur de l'énergie (gaz et pétrole) rien que dans l'état du Queensland", a-t-il calculé, "soit une croissance de 40%".

"Dans les dix prochaines années, plus de 300 milliards de dollars seront dépensés dans le secteur de l'énergie"

Mais son ambition est de créer sa propre entreprise : il quitte alors Origin Energy pour monter cOGnIT, en 2011. Objectif : racheter des parts de sociétés du secteur pour y investir son argent et ses compétences. "Ma banque me suit jusqu'à un million de dollars", assure-t-il. Pierre Elias a prospecté auprès de plus de 60 entreprises, petites ou moyennes, pour découvrir la perle rare. Il a finalement jeté son dévolu sur quatre d'entre elles, spécialisées dans les logiciels de gestion intégrés (type SAP) ou de cartographie 3D, à destination du secteur de l'énergie. Les négociations sont encore en cours, mais Pierre Elias est déjà persuadé de sa réussite et a adopté une démarche quasi militante pour convaincre d'autres investisseurs français du potentiel australien.

"Pour réussir en Australie, il faut absolument un bon réseau", reconnaît-il. "Qui vous connaissez est plus important que ce que vous connaissez. Il est aussi bien vu de s'impliquer dans la vie associative", ajoute-t-il. Ce marathonien s'est donc proposé comme entraîneur de la section garçons du club de Hockey d'Ashgrove, une banlieue de Brisbane où il réside avec sa femme et ses deux fils de 3 et 5 ans. Son avenir ? "Prendre ma retraite à 55 ans pour voyager".

Idée de business / Pétrole