Les Tanneries du Puy ne veulent pas se faire tondre

des repreneurs potentiels se seraient manifestés.
Des repreneurs potentiels se seraient manifestés. © Photomontage JDN / Marco Santi Amantini / zimmytws - Fotolia.com

Le cuir de veau, voilà la spécialité des Tanneries du Puy. Un savoir-faire ancestral que perpétuent encore aujourd'hui les 120 salariés de cette entreprise qui compte parmi ses clients les plus grands noms du luxe. Mais en 10 ans, l'entreprise a perdu de sa superbe. Entre 2001 et 2009 son chiffre d'affaires est passé de 37,3 à 15,4 millions d'euros. L'export ne représente plus que 40% du chiffre d'affaires et surtout l'entreprise traîne une dette de 5 millions d'euros. En redressement judiciaire depuis le 1er avril 2010, l'entreprise ponote bénéficie d'une bouffée d'oxygène, sa dette étant gelée pendant sa période d'observation.

Le savoir-faire de l'entreprise ponote est son principal atout. Il attire les repreneurs. Et d'après la presse locale, on se bouscule au portillon. Il y aurait potentiellement trois ou quatre offres de reprise, émanant de spécialiste de la reprise et d'entreprises de luxe. Mais pour l'heure le redressement judiciaire a été prolongé jusqu'au 1er octobre.