Huit femmes d'affaires mythiques Barbe-Nicole Clicquot-Ponsardin a imposé son champagne dans le monde entier

barbe-nicole clicquot-ponsardin : 1777-1866
Barbe-Nicole Clicquot-Ponsardin : 1777-1866 © Keystone Pressedienst / Keystone

Veuve à 28 ans, Barbe-Nicole Clicquot-Ponsardin s'est révélé une femme d'affaires hors du commun.

Née en 1777, elle épouse à 20 ans François Clicquot, originaire comme elle de Reims et issu d'une famille de négociants en vin. Hélas, à 30 ans seulement, ce dernier décède d'une fièvre maligne. Désespéré, son père veut alors vendre l'entreprise, mais Barbe-Nicole, elle-même fille d'un homme d'affaires à succès, le convainc de lui céder la direction. Sa première décision sera d'apposer le mot "veuve" à Clicquot.

Grâce à un associé allemand, Louis Bohne, elle instaure le métier de représentant en vin afin d'assurer la présence de la marque dans un maximum de pays.

Malgré les énormes difficultés du commerce liées aux tensions entre les pays européens à l'époque napoléonienne, elle ne baisse jamais les bras, n'hésitant pas à vendre des bijoux de famille pour augmenter le capital de l'entreprise.

Elle invente le métier de représentant en vin

C'est la Russie qui va relancer les ventes après 1815. Le champagne devient alors la boisson préférée de l'aristocratie russe. Barbe-Nicole s'avère également douée dans l'innovation technique, trouvant par exemple un procédé pour "éclaircir" le champagne et augmenter sa valeur.

Après avoir cédé les rênes de l'entreprise à un jeune associé, elle se retire des affaires à 66 ans et décèdera à 88 ans, en 1866, en ayant profité d'une retraite paisible dans la vallée de la Marne.

Autour du même sujet