Huit femmes d'affaires mythiques Katharine Graham a fait trembler l'Amérique avec le Washington Post

katharine graham : 1917-2001
Katharine Graham : 1917-2001 © Time & Life Pictures / Getty Images

Katharine Graham fut l'une des femmes les plus puissantes d'Amérique. Elle comptait parmi ses amis les Kennedy et fut l'une des protagonistes de l'affaire du Watergate en 1970.

Née en 1917 dans une famille juive aisée, elle est élevée de façon stricte et conservatrice. En 1933, son père, Eugène Meyer, achète aux enchères le Washington Post, le plus vieux quotidien de la capitale américaine.

Sa fille Katharine intègre le journal en 1934 et prend vite goût au métier. Jusqu'ici très effacée et peu sûre d'elle, elle acquiert peu à peu de l'assurance. Pourtant, c'est bien à son mari, Phil Graham, que son père va céder la direction du journal en 1948, car d'après lui "aucun homme ne doit travailler comme subordonné de sa femme".

A la tête d'un empire médiatique

Ce n'est que lorsque Phil Graham, devenu maniaco-dépressif, se suicide en 1963 que Katharine accède aux manettes du journal. Elle connaîtra le sommet de la gloire avec les révélations du Watergate et l'introduction en bourse de son empire médiatique en 1971.

Dans les années 1980, The Washington Post Company enregistrait 1,4 milliard de dollars de bénéfices annuels, 16 fois plus qu'à son arrivée à la direction.

Katharine Graham décèdera an 2001 après avoir reçu le prix Pulitzer en 1998 pour son autobiographie.

Introduction en Bourse