Afrimarket, le trublion du marché du transfert d'argent

rania belkahia, françois sevaistre et jérémy stoss, les fondateurs d'afrimarket.
Rania Belkahia, François Sevaistre et Jérémy Stoss, les fondateurs d'Afrimarket. © Afrimarket

En changeant un paramètre de l'équation du business du transfert d'argent vers l'étranger, Afrimarket est parvenu en quelques mois à bousculer les ténors du marché. Plutôt que de faire parvenir de l'argent en cash ou sur un compte bancaire, elle propose de récupérer les fonds sous forme de bons d'achats de produits de la vie quotidienne.

Elle se rémunère comme apporteur d'affaires auprès de dizaines d'enseignes en Côte d'Ivoire, au Sénégal, au Bénin et au Togo, ce qui rend ses frais de transferts très faibles, 5%. Suffisamment pour séduire 25 000 clients depuis son lancement à l'été 2013 et afficher une croissance mensuelle de 50% de ses flux. Afrimarket envisage d'ouvrir son service à d'autres pays d'Afrique. Objectif : atteindre 10% du marché du transfert d'argent vers ce continent.