Les câbles électriques ferroviaires

sur le marché du câble ferroviaire, les investissements peuvent atteindre
Sur le marché du câble ferroviaire, les investissements peuvent atteindre plusieurs millions d'euros. © Omerin

Un train est un véritable nid de câbles électriques. Mais pas n'importe quels câbles, car les contraintes de sécurité sont draconiennes. Le groupe auvergnat Omerin, qui a commencé dans le lacet, est aujourd'hui un spécialiste mondial des fils et des câbles isolés. Avec 135 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011, il a notamment conquis le marché de niche du ferroviaire, qui représente aujourd'hui presque 10% de son activité. "Nous fabriquons plus de 300 types de câbles différents rien que pour ce marché", atteste Xavier Omerin, le PDG.

Les grands constructeurs (Alstom, Bombardier...) sont demandeurs de produits très techniques, sur lesquelles la concurrence est relativement limitée. "Les investissements peuvent atteindre plusieurs millions d'euros", confirme Xavier Omerin. Nexans et Prysmian sont les deux autres acteurs majeurs du marché.