Crise : à qui ont profité les milliards de la Fed ? Les banques françaises

Via leurs filiales implantées aux Etats-Unis, quelques établissements français ont eu recours aux différents programmes d'octroi de liquidités mis en place par la Réserve fédérale depuis décembre 2007.

Au premier rang d'entre elles, BNP Paribas, essentiellement via BNP Paribas Securities Corp., considéré comme un primary dealer. Pour cette raison, elle a notamment profité des largesses du programme PDCF (66,4 milliards de dollars empruntés en 43 fois). BNP Paribas Securities a également eu recours au programme TSLF (prêt de titres du Trésor aux primary dealers) : 35 milliards de dollars en 21 prêts, dont le dernier date de mars 2009. Des établissements comme BNP Paribas Houston ont, eux, eu recours au TAF.

La franco-belge Dexia, elle, est passé par deux entités, chacune bénéficiant d'un programme différent. Dexia Crédit Local NY s'est adressé 24 fois au TAF, dont la dernière en novembre 2009, pour un total de 105,2 milliards de dollars empruntés. Dexia Delaware LLC, elle, a eu recours 42 fois au CPFF, un programme d'achat de billets de trésorerie (commercial papers) pour un montant total de 53,5 milliards de dollars. Des achats qui se sont étalés du 27 octobre 2008 au 4 août 2009.

Enfin, la Société générale s'est adressée 28 fois au programme TAF via la Société générale NY pour un montant total de 124,4 milliards de dollars et Natixis est passée par le Taf (32,8 milliards de dollars) et le CPFF (26,9 milliards).

Etats-Unis / BNP Paribas