5 repreneurs d'entreprise qui ont sauvé leur boite Patrick Giudicelli (Akio Software) a adapté le produit à la demande

Créée en 1999, Akio Software développe une solution de gestion d'emails dans le cadre de la relation-clients d'un groupe industriel. Enorgueillie de son succès, l'entreprise lève 70 millions de francs mais ne surmonte pas l'effondrement de la bulle Internet et dépose le bilan en 2001.

patrick giudicelli a pris la direction d'akio en 2001.
Patrick Giudicelli a pris la direction d'Akio en 2001. © Akio Sofware

Trois repreneurs potentiels s'affrontent, dont le fondateur, mais Patrick Giudicelli, titulaire d'un doctorat en informatique et technologie et ingénieur développement logiciel chez TRT-Philips, l'emporte.

Pour redresser Akio Solutions, il choisit de revoir entièrement le produit. Grâce à ses connaissances techniques et métier, ce repreneur a décidé d'apporter les modifications nécessaires au logiciel pour qu'ils répondent aux standards du marché du début des années 2000. Parallèlement, Patrick Giudicelli procède par croissance externe et rachète trois entreprises pour compléter Akio. "Il a fallu 4 ans pour stabiliser la société et la faire rentrer dans un cercle vertueux de croissance", témoigne Patrick Giudicelli.

"Il a fallu 4 ans pour stabiliser la société"

Après être passé par le tribunal de commerce, Akio Sofware présente aujourd'hui des indicateurs financiers au vert : entre 2011 et 2012, l'entreprise a par exemple amélioré son résultat net de plus de 115%, avec un chiffre d'affaires s'élevant à 6,4 millions d'euros.

Eco réelle portraits