Comment préserver l'optimisme des entreprises de croissance

Frédéric Bedin, président de l'association CroissancePlus, se félicite du bon moral affiché par les entreprises de croissance mais plaide pour une simplification législative.

frederic bedin
Frédéric Bédin, président de CroissancePlus. © CroissancePlus

Les entreprises de croissance ont le moral. Optimisme et persévérance sont les leitmotivs des entrepreneurs pour développer leur business. Mais pour qu'ils puissent mener à bien leurs perspectives de croissance et d'embauches, il faut les encourager et non les dissuader. Il faut donc mettre à terre les dispositifs d'aides complexes régulièrement modifiés qui compliquent la gestion des entreprises.

Le dernier baromètre des entreprises de croissance réalisé par CroissancePlus et Astorg Partners montre un regain d'optimisme : 2/3 des entreprises interrogées ont augmenté leurs chiffres d'affaires depuis janvier 2010, 82% d'entre elles ont même atteint voire dépassé leurs objectifs. Mais pour permettre aux entreprises de continuer à grandir, il faut maintenir les dispositifs d'aide comme le crédit impôt-recherche, l'ISF-PME, le statut de jeune entreprise innovante... Et il faut surtout pérenniser ses dispositifs. Que les pouvoirs publics arrêtent leur bougeotte législative ! C'est pourquoi CroissancePlus défend la simplification de l'environnement réglementaire des PME. Car le temps passé à s'adapter aux récurrentes modifications législatives et aux nouvelles règles est du temps en moins pour se concentrer sur le développement de son business.

72 % des entreprises de croissance emploient des séniors mais les perspectives d'embauches sont faibles

Un second signe positif : celui de la reprise de l'emploi. Le baromètre précise que 66% des entreprises interrogées ont recruté ces 6 derniers mois, elles n'étaient que 47% à avoir des perspectives d'embauches l'année dernière à la même époque. La tendance à la baisse du nombre de chômeurs depuis 4 mois est également un signe de reprise durable. Toutefois, les entrepreneurs de croissance souhaitent davantage recruter de jeunes et de séniors. Il faut donc que le gouvernement poursuive ses actions en faveur de l'alternance, de l'apprentissage et des stages professionnels. Par ailleurs, 72 % des entreprises de croissance emploient des séniors mais les perspectives d'embauches sont faibles. Des allègements de charges sociales et patronales seraient un moyen incitatif de recrutement pour les entrepreneurs.

Seul bémol au tableau : 1/3 des entreprises de croissance ont connu un durcissement important de leurs conditions de financement. La souplesse des banques n'est pas optimale et une plus grande confiance de leur part dans l'entrepreneuriat serait favorable à la croissance et à la compétitivité de notre pays.

Une simplification des dispositifs de soutien à la croissance et un allègement du coût du travail sont indispensables.

Mais soyons optimistes ! Les entrepreneurs de croissance ont confiance dans l'avenir de leur business et de leur secteur d'activité. Ils voudraient croire davantage en un regain de la croissance économique français. Mais pour ce faire, une simplification des dispositifs de soutien à la croissance et un allègement du coût du travail sont indispensables. CroissancePlus continuera d'être leur porte-parole auprès des pouvoirs publics.

PME / CroissancePlus