The Kooples, les recettes d'un succès éclair Une image branchée

les trois frères elicha, fondateurs de the kooples, sont les fils du créateur de
Les trois frères Elicha, fondateurs de The Kooples, sont les fils du créateur de Comptoir des Cotonniers © The Kooples

L'idée des frères Elicha, Alexandre, Laurent et Raphaël, est vite récompensée. Il faut dire que les enfants du fondateur de la marque Comptoir des Cotonniers ont de qui tenir en matière de communication : la marque paternelle organise un marketing similaire, basé celui-ci sur la relation mère/fille.

Il s'agit ensuite pour la marque de transformer l'essai : il ne suffit pas de faire le buzz pour devenir pérenne. Ses ingrédients ? Une image originale d'abord, qui oscille entre le look dandy et l'inspiration rock (Pete Doherty, chanteur controversé, doit notamment dessiner une collection pour la marque début 2012). Ensuite, des produits de qualité et suffisamment "intemporels pour pouvoir être portés plus d'une saison" selon Laurent Elicha, le tout pour un prix milieu de gamme (200 euros pour une robe, 100 euros pour un polo, 400 euros pour une veste). Enfin, un côté exclusif (la collection proposée est restreinte) assoit l'image branchée de la marque.

The Kooples devient une référence en matière de style, en recintrant les costumes par exemple. Et l'aspect à la fois décontracté et habillé des produits en autorise le port en soirée aussi bien qu'en entreprise. Bref, la marque se développe, ouvre une vingtaine de magasins en propre, puis opte pour le modèle de la franchise. The Kooples est aujourd'hui disponible dans plus de 160 points de vente.

Franchise