La France, l'Inde et le Japon à l'assaut des wearable techs La France a un plan

Côté consommateurs, on ne peut pas dire que les Français soient des mordus d'informatique vestimentaire : 67% d'entre eux n'en ont même jamais entendu parler, selon un sondage réalisé en avril dernier par l'institut Pollingvox pour Orange, Terrafemina et l'AFP. 

dernier objet connecté portable lancé par le spécialiste français withings,
Dernier objet connecté portable lancé par le spécialiste français Withings, Activité, une montre intelligente à aiguilles et avec bracelet en cuir. © Withings

Côté fabricants, en revanche, l'intérêt est plus manifeste. L'Hexagone a su s'imposer sur le marché des objets connectés portables, grâce, notamment, à ses filières d'ingénieurs, de designers et d'électroniciens.

Withings fait partie des entreprises qui font la renommée de la France dans le secteur. Cette start-up fondée en 2008 a déjà sorti plusieurs traqueurs d'activité : le Pulse O2, qui permet de mesurer le rythme cardiaque et le niveau d'oxygène dans le sang, et la montre connectée Activité. Lancée en juin 2014, cette dernière a la particularité d'adopter le design d'une montre horlogère contemporaine.

Autre entreprise tricolore à s'être lancée dans la course aux wearables, Cityzen Sciences. Créée en 2008, elle pilote le projet Smart Sensing, chiffré à 17,7 millions d'euros, soutenu par le ministère du Redressement productif et Bpifrance à hauteur de 7,2 millions d'euros. L'objectif ? Positionner la France sur le segment des vêtements connectés.

Cityzen Sciences prévoit de commercialiser ses t-shirts équipés de micro-capteurs fin 2014 dans les boutiques du groupe Cyclelab (Culture Vélo, Bouticycle, Foul&es, et Vélo station) et sur les sites Internet de ces dernières. Car les maillots développés par Cityzen Sciences ont d'abord été pensés pour répondre aux besoins des sportifs, professionnels et amateurs. La firme travaille déjà sur une nouvelle génération de capteurs permettant de mesurer en temps réel des indicateurs de température, de déshydratation, de respiration, de PH.

L'Hexagone regorge de designers, d'ingénieurs et d'électriciens, ce qui devrait l'aider à s'imposer sur le marché des wearables

A noter que les ambitions de la France s'étendent au-delà du seul segment des wearables. Le pays entend bien s'imposer comme leader mondial des objets connectés tout court. Un plan chapoté par Eric Carreel, président-fondateur de Withings, dédié à cette filière, a même été intégré aux 34 "plans pour la nouvelle France industrielle" d'Arnaud Montebourg et une cité des objets connectés ouvrira ses portes à Angers avant la fin de l'année. 
Avec des fleurons en devenir comme Parrot (pour les drones), Netatmo (pour les stations météo intelligentes), Awox (pour les ampoules), ou encore Sen.se (une plateforme open source qui relie les objets connectés), l'Hexagone est déjà bien parti.

Wearable techs