Pourquoi le Qatar aime tant les palaces

Quelques-uns des célèbres gratte-ciel de Doha. © Katara Hospitality
Le Qatar pense à l’après-pétrole. A l’instar des autres pétromonarchies du Golfe, ce petit pays péninsulaire sait qu’il doit diversifier son économie et investir dans d’autres secteurs. Le tourisme en fait partie.
En organisant de grands événements sportifs (coupe du monde de football en 2022), en déployant une offre culturelle patrimoniale et moderne (Musée des Arts islamiques conçu par l’architecte Pei) ou en s'associant avec de prestigieuses écoles comme Yale ou HEC Paris, le Qatar fait les yeux doux au reste du monde.
Il développe aussi une hôtellerie de luxe, en collaborant les grandes enseignes et en rachetant des palaces dans le monde entier. A la tête de cette politique d’investissement : le Qatar Investment Authority (QIA), fonds souverain qatari qui possède notamment 70% du club de football Paris Saint-germain (PSG) ou 17% de Volkswagen.