Ces réglementations qui deviennent de bonnes affaires Les agriculteurs bio bénéficient du Grenelle de l'environnement

Aujourd'hui le bio ne représente que 0,5% des repas en restauration collective, selon l'Agence bio. Mais depuis les conclusions du Grenelle de l'environnement, qui fixe la part des produits biologiques dans la restauration collective publique à 15 % en 2010 et à 20 % en 2012, la prise de conscience s'accélère.

La loi n'a pas encore été votée, mais une circulaire est déjà passée pour les restaurants administratifs d'Etat. En France, près de 10 millions de repas contenant au moins un produit bio ont été servis dans la restauration collective en 2007.

Les principaux gagnants sont les petits producteurs, car les géants de la restauration collective ne sont pas organisés pour ce type de filière. "Elles sont habituées à traiter de gros volumes, ce qui n'existe pas dans le bio", explique Antoine couturier, chargé de mission du collectif Corabio, qui rassemble des associations de producteurs en Rhône-Alpes.

En effet, la production a du mal à suivre : seules 2% des surfaces en France sont cultivées en bio. Du coup, "les collectivités risquent d'aller acheter leurs produits à l'autre bout du monde", s'inquiète Eric Grunewald, chargé de la restauration collective à la Fédération nationale d'agriculture biologique. Récemment, une grosse commune française souhaitait commander 16 000 cuisses de poulet bio mais n'a pas trouvé de fournisseur unique en France. Elle a finalement dû les importer d'Italie.

Eric Grunewald, qui juge "inatteignable" l'objectif de 20% de bio, plaide plutôt pour la structuration de la filière.

Autour du même sujet