Jacques Stern (PDG d'Edenred) "En y travaillant, j'étais de plus en plus convaincu de faire la scission"

Un lecteur laissait entendre que le management d'Accor était dans un premier temps opposé à une scission entre l'hôtellerie et les services. "Je n'ai pas été contre la scission, précise Jacques Stern. Avec le conseil d'administration, nous avons posé le sujet." Et c'est en y travaillant que Jacques Stern a admis que, sans synergies et avec des projets industriels propres, la scission avait du sens. "J'étais un peu plus convaincu tous les jours de faire la scission, pour l'entreprise c'est une vraie chance de mobiliser les collaborateurs et d'aller plus vite dans l'action." Le PDG d'Edenred estime en effet que les entreprises gagnantes sont celles qui sont capables d'aller plus vite sur leur marché que leurs concurrents. Selon lui, si une entreprise n'est pas dans cette dynamique et qu'elle perd des parts de marchés, "ça peut finir très mal".

Introduction en Bourse / Conseil d'administration