John Paul, l'entreprise qui invite 30 pingouins à votre anniversaire

John Paul Fondée il y a sept ans, la conciergerie de luxe a été récompensée lors du Grand prix des entreprises de croissance.

"48 heures avant la soirée Black & White organisée pour l'anniversaire de son épouse, l'un de nos membres nous a commandé 30 pingouins vivants", s'en amuse encore David Amsellem, président de John Paul, la conciergerie de luxe qu'il a fondée en 2007.

david amsellem
David Amsellem, lors de la première édition du Grand prix des entreprises de croissance © Image & Co

A priori, rien ne prédestinait ce diplômé de Supélec à satisfaire de telles demandes. Mais un jour, il tombe sur un reportage télé consacré à Quintessentially, la référence britannique du marché de la conciergerie privée. Intéressé par le concept, le jeune homme de 29 ans rachète peu de temps après la petite société exploitante de la marque en France qui ne gagnait pas d'argent. En désaccord avec la maison-mère sur certains aspects liés au développement, il la cède dans la foulée pour monter sa propre structure.

Présente dans 8 pays, parmi lesquels l'Allemagne et la Chine, John Paul emploie aujourd'hui 220 salariés. La PME aux 13 millions d'euros de chiffre d'affaires, contre 3,6 millions en 2011, s'adresse aux particuliers et aux entreprises. Mais c'est en vendant aux directeurs marketing de grands groupes – dont Visa, Air France ou encore Samsung – des programmes de fidélisation de leurs meilleurs clients qu'elle réalise la majeure partie de son activité.

Par exemple, John Paul répond 24h/24 et 7j/7 aux moindres exigences des clients d'Orange membres du programme VIP Parnasse, que l'opérateur a lancé en 2007. "Cela va de la réservation d'hôtel à la satisfaction de demandes plus complexes liées à l'univers du voyage et de l'évènementiel, en passant par la gestion d'urgences", explique David Amsellem.

D'ici 3 ans, John Paul prévoit de réaliser un CA de 50 millions d'euros, dont 45% à l'international

Tous les indicateurs sont au vert pour l'entreprise qui a élu domicile avenue des Champs-Elysées. D'ici 3 ans, elle prévoit de réaliser un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros, dont 45% à l'international, contre 15% aujourd'hui. Pour ce faire, John Paul ouvrira d'ici fin 2014 des bureaux au Brésil, en Suisse et en Pologne. Pourquoi ces pays ? "D'abord parce des marques premium s'y sont déjà implantées, justifie l'entrepreneur, et aussi parce que le tissu économique y est dense."

 

Le JDN était partenaire de la première édition du Grand prix des entreprises de croissance, organisé par Leaders League (éditeur du magazine Décideurs) en collaboration avec le ministère de l'Economie et des Finance. L'objectif ? Identifier et mettre en lumière les sociétés dynamiques du pays.

 

Autour du même sujet