L'Hyperloop, le projet fou du PDG de Tesla, pour aller de Los Angeles à San Francisco en 30 minutes

Hyperloop projet de Tesla Elon Musk souhaite ajouter une corde à son arc en développant un système de trains souterrains véritablement révolutionnaire.

Depuis environ un an, le fondateur de Tesla Motors, Elon Musk, a lancé la rumeur d'un moyen de transport innovant.

Il l'a baptisé "Hyperloop" et prétend qu'il dépasse les performances du Shinkansen, le TGV japonais. L'Hyperloop relierait soi-disant Los Angeles à San Francisco en 30 minutes.

Il est cependant resté extrêmement vague concernant la concrétisation du projet.

L'Hyperloop sera "un croisement entre un Concorde, un canon électrique et une table de Air Hockey"

La description la plus détaillée qu'il a donnée de l'Hyperloop était la suivante : "un croisement entre un Concorde, un canon électrique et une table de Air Hockey."

Cette esquisse est tellement floue qu'il semble que le projet dont il parle soit quelque peu irréel.

Et pourtant.

En 1972, la Rand Corporation a publié une étude réalisée par le physicien R.M. Salter sur un système de transport souterrain capable d'envoyer des passagers de Los Angeles à New York en 21 minutes.

Il lui a attribué le nom de Very High Speed Transit System, ou VHST (pas aussi accrocheur qu'Hyperloop, tout compte fait).

Salter concluait son exposé en affirmant que "les problèmes techniques associés au développement du VHST sont multiples et délicats, mais celui-ci n'implique pas de découvertes scientifiques majeures."

En d'autres termes, le VHST n'était pas juste un moyen de transport qui semblait venir d'une autre planète. Ce concept est susceptible de devenir une réalité si l'on s'attaque aux obstacles politiques et aux problèmes de construction.

"Les principes généraux sont relativement simples : des voitures en lévitation propulsées par électromagnétisme dans un tunnel sous vide", précisait Salter dans son exposé.

Le VHST consisterait en un tunnel souterrain fermé sous vide qui filerait à travers les Etats-Unis. Salter suggérait que le parcours pourrait comporter quelques arrêts car cela serait plus pratique. Ceux-ci ouvriraient également la voie à d'autres itinéraires.

fotolia 5995943 subscription xl cfarmer fotolia
Le projet s'inspire notamment du principe de la table de Air Hockey, qui fait léviter le palet grâce à une fine couche d'air. © cfarmer - Fotolia

L'équipe de Business Insider a envoyé un mail à Elon Musk pour savoir si l'Hyperloop lui avait été inspiré par l'idée de Salter. Il n'a pas répondu. Cependant, en lisant les propos de Salter, on distingue facilement des similarités avec un moyen de transport qui serait inspiré d'un canon électrique ou d'un table de Air Hockey.

Salter expliquait le potentiel fonctionnement du VHST en précisant que "les embarcations se déplacent grâce à des ondes électromagnétiques tout comme une planche de surf se déplace grâce à l'onde de la vague. Ces ondes sont générées par des courants impulsionnels ou oscillants localisés dans les conducteurs électriques qui forment la structure du ballast de l'intérieur du tube sous vide. Les champs magnétiques opposés du véhicule sont générés par une boucle de câble supraconducteur qui supporte environ un million d'ampères de courant électrique."

Salter estimait que le VHST serait extrêmement performant. A la différence d'un avion, "il ne nécessiterait pas de gaspiller de l'énergie irrécupérable pour prendre de l'altitude."

Le VHST commencerait par accélérer jusqu'à sa vitesse maximale, avancerait en roue libre pendant un moment et finirait par ralentir. Il utiliserait la totalité de son énergie cinétique pour accélérer, et cette force serait restituée au moment de la décélération grâce à la récupération de l'énergie.

EN 1972, la Rand Corporation avait déclaré avoir envisagé une vitesse potentielle de 22 530 km/h. A cette allure, le trajet Los Angeles-New York ne prendrait que 21 minutes.

Selon les recherches de Salter, un voyage d'un bout à l'autre du pays en VHST prendrait moins de temps que le simple décollage d'un vol transcontinental.

Le VHST devrait nécessairement être souterrain. Les tunnels seraient donc l'obstacle majeur à la réalisation du projet. Le processus de creusement serait soumis à une autorisation de la part du gouvernement et impliquerait des coûts élevés : 90% des coûts seraient dédiés à la construction des tunnels.

Quand bien même, un système de tunnels présente des avantages non-négligeables : "plus besoin de protection contre le sabotage, absence de droit de passage, réponse efficace à la congestion des transports de surface, à la pollution sonore et aux problèmes logistiques causés par les sauts-de-mouton."

Pourquoi le projet n'a-t-il pas encore été concrétisé ?

Une réponse efficace à la congestion des transports de surface et à la pollution sonore

Salter rejetait la faute sur les obstacles politiques. Il écrivait : "L'histoire a montré par le passé que certains projets, bien qu'évidents, (le tunnel sous la Manche proposé sous Napoléon) peuvent être reportés pendant des siècles à cause de certaines pressions politiques."

En revanche, il avait réalisé une ébauche des perspectives économiques et croyait fermement que le VHST était un projet rentable. Il génèrerait de l'argent en transportant environ 106 millions de passagers par an, et pourrait éventuellement acheminer des marchandises pour engendrer des revenus complémentaires.

Bien évidemment, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

Mais si le projet était réalisable en 1972, pourquoi ne le serait-il pas en 2013 ?

MAJ : Elon Musk a dévoilé les détails de l'Hyperloop pendant l'été 2013. Découvrez les ici : L'Hyperloop, le train qui "roulera" à 1 200 à l'heure

 

Article de Jay Yarow. Traduction par Joséphine Dennery, JDN.

Voir l'article original : We Think We Know What Elon Musk's Hyperloop Is, And How It Can Get You From LA To San Francisco In 30 Minutes

Tesla / Elon Musk