OpenDataSoft, la start-up qui convertit les transporteurs à l'open data

L'entreprise française facilite l'ouverture des données de transports grâce à une plateforme dédiée aux entrepreneurs qui veulent développer de nouveaux services intelligents.

Il peut sembler abstrait, voire futile, mais sans lui les transporteurs seraient condamnés au surplace. C'est en tous cas ce que défend le français OpenDataSoft, convaincu que l'open data est un accélérateur d'innovation inédit pour la mobilité : "Notre plateforme rend réutilisables par le plus grand nombre, et notamment des développeurs qui ne sont pas des spécialistes des transports, les données de flux captées par les équipements. C'est là un puissant levier d'innovation car cela permet la création d'applications de gestion intelligente", affirme Jean-Marc Lazard, PDG et fondateur d'OpenDataSoft.

"Notre plateforme rend réutilisables par les développeurs les données de flux captées par les équipements"

Keolis est l'une des premières entreprises à avoir été séduites par la solution de la start-up parisienne. De leur partenariat est né en octobre 2015 la solution Open Data Mobilité. Un outil d'ores et déjà actif à Rennes : "Il permet de récupérer de manière automatique et en temps réel les informations sur les transports locaux. L'organisateur d'un événement peut par exemple les utiliser pour prévoir la desserte des visiteurs, ou un centre commercial pour informer les gens qu'un tramway est en train d'arriver. L'application STAR de Keolis s'en nourrit elle-même pour proposer aux usagers la recherche et le calcul d'itinéraires", explique-t-il.

Une vitrine de choix pour OpenDataSoft, avec en ligne de mire toutes les grandes villes françaises, qui ont pour la plupart déjà fait le choix de l'open data : "Nous sommes notamment très présents en Île-de-France, où nous travaillons avec la RATP, ainsi qu'Autolib et Vélib'", se félicite Jean-Marc Lazard.

OpenDataSoft gère les données de transport de plusieurs grandes villes françaises. © OpenDataSoft

"La Société Anonyme d'Economie Mixte d'Exploitation du Stationnement de la Ville de Paris. (SAEMES) a lancé avec nous début 2016 son portail open data, qui agrège pour l'instant des données statiques, comme l'emplacement des parkings, et qui diffusera bientôt des informations en temps réel. Les utilisateurs pourront ainsi bientôt savoir quelles places sont disponibles pour se garer, d'abord sur le portail dédié puis à terme sur une application mobile. SAEMES est le premier opérateur à faire cela en France à l'échelle d'une région", poursuit-il. Et selon lui, cette solution apporterait à l'entreprise un important avantage concurrentiel : "Dans ce marché, l'utilisateur n'est pas fidèle à tel ou tel opérateur mais il ira là où c'est le plus pratique."

"Qucit utilise notre plateforme pour optimiser le partage des vélos en libre-service grâce à l'analyse prédictive"

Comme tient à le souligner son patron, OpenDataSoft s'adresse aussi aux start-up : "A Bordeaux, Qucit utilise notre plateforme pour optimiser le partage des vélos en libre-service grâce à l'analyse prédictive". Car, il l'assure, tous les prestataires et tous les territoires sont concernés, quelle que soit leur taille : "On entend parfois des opérateurs ou des administrations qui disent que cela coûte cher, mais ce n'est pas le cas. Nos solutions coûtent quelques milliers ou dizaines de milliers d'euros en fonction de la taille du réseau. Et non seulement elles permettent de faire des économies de maintenance et de développement sur leur réseau, mais en plus elles contribuent à une plus grande satisfaction de l'utilisateur final."

Ces arguments, l'entreprise parisienne veut les faire valoir à l'international. Une ambition renforcée par une levée de fonds de 1,5 million d'euros en juillet 2015 : "Cela nous a beaucoup aidé pour la communication et le marketing, notamment aux Etats-Unis, un marché mature et où il n'y a pas encore beaucoup de concurrence. En à peine 6 mois nous avons signé dans plusieurs villes moyennes comme Durham ou Chapel Hill, par exemple, et des négociations sont en cours avec de plus grandes villes. En Europe, nous avons récemment remporté l'appel d'offres des chemins de fer suisses (CFF), qui n'avaient pas encore de portail open data. Il s'agit d'un contrat sur 3 ans, avec à la clé des dizaines de milliers d'euros par an", avance Jean-Marc Lazard.

Citilog partage avec OpenDataSoft les données de trafic récoltées par ses caméras. © Citilog

Une croissance à l'étranger également accélérée par un accord récent avec une autre entreprise tricolore présente dans une soixantaine de pays dans le monde, le spécialiste de la gestion du trafic Citilog : "Les données, que nous envoyons dans le cloud vers la plateforme d'OpenDataSoft, sont utilisées dans des démarches de smart city. Glasgow en profite par exemple pour réguler en temps réel le niveau d'intensité de l'éclairage urbain selon le trafic, ce qui permet de faire d'importantes économies d'énergie. Et cette idée est en train de se déployer dans tout le Royaume-Uni", détaille Eric Toffin, directeur général de Citilog.

"Glasgow utilise les données de transport pour réguler le niveau d'intensité de l'éclairage urbain selon le trafic"

Et à en croire Jean-Marc Lazard, les opportunités vont à l'avenir se multiplier. Il en a même déjà une idée très précise : "Des informations en temps réel, sur la fréquentation des piscines par exemple, pourront être diffusées aux passagers de navettes citadines autonomes. Nous développons aussi avec Transdev et plusieurs constructeurs une ligne de minibus sans chauffeur entre Versailles et Saint-Quentin-en-Yvelines, pour du transport de dernier kilomètre."

Selon lui, une grande partie du potentiel de l'open data reste encore à exploiter en matière de transport : "Entre les données des parcmètres, des parkings en plein air ou encore des feux de circulation, pourvus de capteurs mais dont les données ne sont pas libérées, il y a de quoi faire pour les entreprises qui souhaitent développer des solutions intelligentes et de grands projets d'urbanisme."

 

A lire aussi

 

Innovation / Mobilité