L'actualité des jeux vidéo cette semaine Les tests de la semaine

l'apparence des unités en jeu est assez réussie
L'apparence des unités en jeu est assez réussie © Electronics Arts

Battleforge

Une fois n'est pas coutume, voici venir dans l'univers du jeu vidéo un titre original et non une énième suite d'une marque à succès. Saluons donc cette louable initiative des développeurs d'EA Phenomic (Spellforce). Battleforge est un titre particulièrement réjouissant, même s'il repose sur un concept un peu bancal qui ne fera certainement pas que des heureux (mais des euros plus probablement).

Tout d'abord, Battleforge innove en mélangeant le concept du jeu de cartes à collectionner avec celui du jeu de stratégie. A l'achat du jeu, on dispose donc de 80 cartes différentes réparties dans 4 couleurs. Ces cartes permettent d'invoquer sur le champ de bataille des sorts (paralysie, soins, dégâts à distance, bouclier de défense...), des bâtiments (tour de défense et bâtiments de soutien principalement) et surtout des créatures.

Avant de se lancer sur un scénario, on sélectionne 20 cartes seulement dans une ou plusieurs couleurs. On pourra donc adapter ses cartes au type de scénario joué, ou en fonction de ses alliés. Car Battleforge est un jeu multijoueurs par excellence, et il faudra disposer d'une connexion Internet obligatoirement pour pouvoir le lancer. Cet aspect stratégique avant bataille est une des forces de Battleforge.

On peut passer ainsi des heures à peaufiner sa stratégie, à travailler des combinaisons. Et les développeurs ont d'ailleurs pensé à cela en proposant la forge, un champ de bataille fictif qui vous permet d'utiliser à loisir toutes les cartes de votre collection sur des ennemis que vous invoquez. Idéal donc pour connaître l'efficacité de ses troupes.

 

Pas de bâtiment, mais un territoire à contrôler

En jeu cette fois, il faudra apprendre à contrôler le champ de bataille et à remplir les objectifs de sa mission le plus vite possible. On dispose de deux ressources : les monuments et les puits d'énergie. On accumule cette énergie via ces puits et au combat. Cette réserve peut être utilisée pour jouer vos cartes, à condition de posséder les monuments adéquats.

En effet, certaines cartes nécessitent 2 monuments d'une même couleur ou 4 monuments dont 1 seul d'une couleur donnée. Généralement plus on se spécialise dans une couleur, plus on obtient des créatures fortes. On évitera donc de mixer trop de couleurs différentes pour ne pas perdre en puissance ce que l'on gagne en diversité de sorts et en combinaison.

A ce propos, les 4 camps du jeu proposent des manières alternatives de jouer qui se révèlent franchement agréables : la glace est lente et basée sur la défense (boucliers d'énergie, tour de défense), le feu à l'opposé mise sur l'attaque et les sorts offensifs à distance au détriment d'une certaine fragilité, la nature dispose de possibilité de soins et de paralysie, l'ombre conviendra aux joueurs les plus talentueux avec des pouvoirs impliquant nécessairement une prise de risque (un bonus pour un malus).

 

feu, glace, ombre et nature ne ressemblent pas tant que cela aux couleurs de
Feu, Glace, Ombre et Nature ne ressemblent pas tant que cela aux couleurs de Magic © Electronic Arts

 

Autour du même sujet