Resident Evil 5 : un safari à deux Des mécanismes usés, mais bien rodés

les villages traversés dans le jeu possèdent un cachet particulier
Les villages traversés dans le jeu possèdent un cachet particulier © Capcom

Pendant les 10 premières minutes de jeu, on apprend à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur Resident Evil 5. Car les mécanismes de jeu sont ici réduits à leur plus simple expression. On avance, on vise et on tire seront les 3 commandements du jeu du début à la fin. Et pourtant, on ne se lasse pas car les développeurs ont bien pensé leurs niveaux de jeu et offrent un défi varié et intéressant tout le long de l'aventure.

Des marais infestés de zombis, on passera aux villages africains, puis des huttes primitives, à l'exploration d'un bateau, dans une grotte, dans les ruines d'une vieille cité engloutie, en pleine savane... De ces environnements découlent des possibilités différentes : en ville on aura tendance à monter sur les toîts en repoussant les échelles pour éloigner les ennemis, dans la grotte il faudra tenir la lumière à son partenaire pendant que celui-ci élimine les menaces environnantes, en pleine savane il faudra éliminer les motards à votre poursuite... Attention, les premiers niveaux sont de loin les moins amusants / engageants du jeu. Mais les deux premières heures passées, on s'amuse réellement.

Comme Army of Two ou Gear of War 2, on retrouve un certain nombre d'actions spéciales à réaliser avec votre partenaire. Par exemple, l'un d'entre vous se place en hauteur et couvre l'autre qui progresse seul dans une zone afin d'activer un mécanisme qui permettra à son allié de le rejoindre plus tard. Pour les ennemis plus forts, il faudra là aussi jouer sur la coopération : le premier l'occupe tandis que le second le contourne et l'élimine.

les effets lumineux (feu, explosion, flash de grenade) sont une des réussites
Les effets lumineux (feu, explosion, flash de grenade) sont une des réussites graphiques de RE 5 © Capcom

Les ennemis évoluent aussi au fur et à mesure : du zombi de base à main nue ou à la hache, on ira jusqu'au militaire en tenue de combat et armé. Heureusement, le bestiaire n'est pas seulement humanoïde. Chiens dangereux de 1ère catégorie, insectes étranges mais dont les bras pourraient servir à découper des tranches fines de gouda, nuisibles volants qui ressemblent à un mélange de moustiques et de troll des montagnes, les développeurs varient les défis dès le deuxième des 6 principaux niveaux proposés.

Pour affronter ces ennemis, on dispose d'un armement tout aussi varié. On dispose à la fin du jeu de trois armes différentes par catégorie : pistolet, fusil mitrailleur, fusil à pompe, fusil de sniper, et arme explosive. A cela, il faut ajouter par la suite les armes expérimentales, les grenades et les armes de contacts. Tout ce petit monde peut être amélioré via son argent de poche quotidien de chasseur de zombis, principalement acquis via des trésors ou en éliminant les monstres qui s'opposent à vous. Les munitions, elles, se trouvent dans les niveaux proposés, mais ne peuvent pas être achetées au magasin.

pas sur que sa coiffe finisse par inspirer la reine d'angleterre
Pas sur que sa coiffe finisse par inspirer la reine d'Angleterre © Capcom

Autour du même sujet