Dans la ville high-tech de demain De l'énergie urbaine : la production humaine

la discothèque, le watt
La discothèque, le Watt © Sustainable Dance Club

Bouillonnement, tohu-bohu, tumulte... Beaucoup d'énergie est dépensée en ville, dont on pourrait profiter.

Une bonne solution : transformer l'énergie des pas de l'homme, en électricité. L'idée est mise en application dans une discothèque de Rotterdam, le Watt : les pas des danseurs produisent une partie de l'énergie nécessaire au fonctionnement du lieu.

Le sol de la piste de danse est monté sur petits ressorts, qui, en mouvement, génèrent de l'électricité. Donc, plus les danseurs se déchaînent, dépensent leur énergie, plus ils en produisent. Ces pas permettent d'alimenter l'éclairage et une partie du son de la discothèque.

en marchant sur les dalles, cela alimente une petite installation audio.
En marchant sur les dalles, cela alimente une petite installation audio. © Elizabeth Redmond

Piézoélectricité

Une jeune chercheuse du MIT, Elizabeth Redmond, a récemment pensé des dalles très pratiques nommées POWERleap. Le fonctionnement est appelé Piézoélectricité. On transforme la pression mécanique en énergie. C'est ainsi que fonctionnent les vieux allume-gaz, par exemple. Les dalles en question se révèlent assez peu coûteuses et sont efficaces.

Une personne marchant normalement sur ces dalles produit environ 50 Watts par heure. En tapissant le parvis de La Défense, des gares ou des centres commerciaux de POWERleap, l'énergie produite serait loin d'être négligeable.

Autre avantage : l'énergie serait produite directement là où elle est consommée, ce qui induit une autre source d'économie.

Autour du même sujet