Les produits préférés de la rédaction en 2009 L'apogée des web radios et de l'écoute de musique en ligne

page d'accueil de deezer
Page d'accueil de Deezer © Deezer

Deezer et Spotify

Alors oui, ces sites Web existaient bien avant 2009, mais ils ont vraiment explosé cette année, du moins en France. A tel point qu'ils furent associés à des évènements d'importance (Rock en Seine, émission spéciale avec des radios comme Ouï FM...). On a aussi assisté à une multiplication de l'offre : Jiwa, Jamendo, Last.fm, Spotify, Deezer, Pandora.

L'engouement du grand public a conduit les sites de vente de musique en ligne à proposer une écoute libre et gratuite des chansons qu'ils commercialisent.

Un atout pour le consommateur qui peut découvrir de nouveaux titres et se faire un avis avant d'acheter soit un album, soit un titre seul. Et un avantage pour la culture musicale de tout un chacun, qui n'est plus entravée par le montant des revenus.

Si ces sites ont connu leur apogée en 2009, le modèle a montré certaines de ses limites. Le succès de ces sites engendre une hausse du trafic, du streaming et des besoins en bande passante.

Or jusqu'à présent la rémunération par la publicité n'a pas réussi à financer le coût des serveurs, de la bande passante et des droits d'auteurs. En guise d'alternative, les sites sont soit devenus payants (Last.fm), soit ont intégré davantage de publicités notamment audio (Spotify). Deezer, lui, a choisi de proposer les deux modèles.  

Pour l'utilisateur, on commence aussi à faire face à des limitations gênantes. L'offre, au lieu de s'élargir constamment, se restreint. D'abord parce que certains auteurs refusent désormais d'apparaître sur ces sites, ou parce que les maisons de disque s'y refusent.

A cela s'ajoute sur Deezer des limitations d'écoute selon la zone géographique de l'internaute. Le contenu des web radios n'est plus aussi souvent rafraîchi qu'il ne le fut. Alors que deviendront ces sites web à l'avenir ? On espère une embellie en 2010.

Deezer / Musique en ligne