IQ500, le tactile les doigts dans le nez Technique : le tactile et l'écran

un faisceau d'infrarouges reconnaît le doigt
Un faisceau d'infrarouges reconnaît le doigt © HP

Première parenthèse technique : comment fonctionne le tactile. Plusieurs technologies sont possibles. Dans le cas du IQ500 de HP, les doigts sont reconnus par infrarouges. Ceux-ci sont au dessus de l'écran, c'est ce qui explique d'ailleurs que la dalle soit aussi enfoncée dans le cadre. Les infrarouges disposés partout autour forment un fin quadrillage. Un peu comme ces rayons laser détecteurs de mouvements des films d'espionnage.
Lorsqu'un objet (doigt, stylo, coude, nez...) s'approche et touche un point du maillage d'infrarouges, les coordonnées sont retransmises et "ça clique" à l'endroit voulu.
Le principal intérêt de cette technique est son moindre coût. En contrepartie, elle manque un peu de précision, les artistes par exemple lui préfèreront une tablette graphique haut de gamme. Il faut également savoir que les infrarouges détectent le doigt légèrement avant qu'on touche l'écran, ce qui peut être perturbant.  

L'écran


Enfin un mot de l'écran en lui-même, d'une diagonale confortable de 22 pouces (56 cm) de résolution 1680 par 1050. La dalle est brillante, même un peu trop. L'image est tout à fait correcte, dans la moyenne haute, mais les reflets sont trop présents. Il faut vraiment éviter toute source de lumière derrière soi.
Le chiffon, fourni avec, se révèle de même très utile. Si les traces de doigts ne se voient pas lorsque l'ordinateur est allumé, une fois éteint un bref nettoyage s'impose le plus souvent. Surtout pour les mangeurs de kebab.

un peu trop de reflets
Un peu trop de reflets © Pierric Marissal / Benchmark Group

Autour du même sujet