Un PC très mini, mais costaud : le Revo Un peu plus qu'une porte ouverte

le revo à côté d'une tour classique
Le Revo à côté d'une tour classique © Acer

On ne va pas ergoter, l'Aspire revo impressionne. On peut espérer en plus qu'il gagne encore en intérêt sous Windows 7 avec des programmes qui tireront plus parti de la carte graphique.  

Pour l'heure, l'Aspire Revo fait office de PC de salon tout à fait complet et satisfaisant. Il se comporte très bien en bureautique et applications multimédia courantes. Il se révèle en outre discret : petit et silencieux. Ses seuls défauts sont son processeur Atom parfois limité, et Vista Premium, pour les allergiques.

Une chose frappe : le prix de cet Aspire Revo. Tout simplement un rapport qualité / prix imbattable en ce moment. Ce n'est pas tant que la technologie employée est très peu coûteuse, mais Acer a sérieusement taillé dans ses marges pour proposer une telle offre. La preuve, en faisant à la main, pièce par pièce, un mini-PC de configuration identique, difficile de rester sous les 350 euros.

C'est d'autant plus vrai qu'Intel, qui se sent légitimement mis en danger par Nvidia, vend ses processeurs seuls plus chers que les ensembles chipsets-processeurs. Ce qui fait qu'un constructeur qui veut intégrer la plate-forme Ion se voit obligé de payer doublement. Donc merci à Acer de ne pas répercuter ce surcoût sur le consommateur. 

Conclusion sur Ion

Ion est plein de promesses, et sera proposé dans de nombreuses machines au cours des mois à venir. Il est intéressant de préciser que Ion ne s'adresse pas qu'à l'entrée de gamme, puisque la plate-forme peut accueillir des processeurs Intel plus puissants comme des Core 2 Duo. La carte mère peut également fournir un port PCI-Express, pour lui adjoindre une seconde carte graphique plus puissante, pour les joueurs notamment.

Le grand concurrent de Nvidia, AMD / ATI, planche également de son côté sur une solution très compacte, mêlant processeur graphique et processeur classique.

Autour du même sujet