INTERVIEW 
 
Louis-Pierre Wenes
membre du Comité de Direction Générale, en charge du pilotage de la transformation et de l'activité opérationnelle en France
France Télécom
Louis-Pierre Wenes
"Notre objectif : 150.000 à 200.000 clients raccordés en fibre fin 2008"
Orange lance "la fibre", sa première offre grand public d'accès Internet par la fibre optique. Louis-Pierre Wenes, en charge de l'activité opérationnelle d'Orange en France, détaille les ambitions de l'opérateur sur ce nouveau marché.
(15/02/2007)
 
(Article modifié le 15/02/2007, à 19h00).
JDN.
Orange lance "la fibre", une offre d'accès à Internet très haut débit à domicile via la fibre optique. Est-ce le coup d'envoi d'un plan de déploiement commercial à l'échelle nationale de la technologie FTTH de France Télécom ?

  En savoir plus
 Zoom sur l'offre fibre optique d'Orange
Louis-Pierre Wenes. Non, après la phase pilote, qui a débuté en juin 2006, nous entrons dans une phase de pré-déploiement de la fibre optique, car il n'existe pas encore de demande forte de la part des clients. Le déploiement commercial réel aura lieu, je pense, plutôt vers fin 2008-début 2009.

Lors de la phase pilote, l'offre très haut débit était proposée à un prix unique de 70 euros, tous services inclus. Pourquoi avoir réintroduit un modèle de base avec options payantes pour l'offre "la fibre" que vous lancez au 1er mars ?
L'offre du pilote était une offre fermée et haut de gamme, avec un prix d'entrée de 70 euros par mois. Dans cette phase de pré-déploiement, nous avons conçu une offre modulaire afin de continuer à tester les préférences et usages des clients.

Qui va pouvoir bénéficier de cette offre ? Comment déterminez-vous les zones de déploiement de la fibre ?
Le pré-déploiement de la fibre optique se poursuit dans les zones du pilote. Au 1er mars, l'offre "la fibre" sera disponible dans certains immeubles des quartiers de Paris et de cinq communes des Hauts-de-Seine. Notre approche est d'étendre rue par rue, quartier par quartier, le fibrage des immeubles. Au cours du premier semestre 2007, l'offre sera ainsi progressivement étendue à d'autres quartiers de ces mêmes communes, dont trois arrondissements sur Paris, à trois nouvelles communes de la région parisienne et à cinq communes de province : Marseille, Toulouse, Lille, Lyon et Poitiers.

Quels ont été les critères de choix des zones pour le pilote et pour les villes de province dans lesquelles vous allez étendre l'offre au 1er juin 2007 ? Les collectivités locales choisies doivent-elles apporter une contribution financière ?
100.000 kilomètres de fibre déployés dans le cadre du pilote."
Les zones du pilote ont été déterminées selon une approche géomarketing : nous avons choisi des quartiers et communes où Orange possède déjà un important cœur d'abonnés, à forte densité d'immeubles - plus le nombre de clients potentiels est élevé, moindre est le coût de raccordement par abonné -, ainsi que des communes de profil plus pavillonnaire.

Quant au choix des cinq villes de province, nous avons fait le tour d'une trentaine de villes et avons choisi celles qui avaient le plus d'appétence pour la fibre optique, hors celles qui sont déjà engagées bien sûr dans un projet d'initiative publique avec une composante fibre. Les discussions ont notamment porté sur la mise à disposition des infrastructures de génie civil. Aucun apport financier des collectivités locales n'a été demandé.

Quelle est la taille aujourd'hui du réseau de desserte des immeubles en fibre optique de France Télécom ? Combien de foyers sont-ils raccordés à ce réseau ?
Nous avons déployé dans le cadre du pilote 100.000 kilomètres de fibre optique, soit environ 14.000 foyers raccordables, dont 800 foyers raccordés aujourd'hui.

1.000 à 1.500 euros de coût de raccordement par abonné hors génie civil."
Quel est le coût de raccordement d'un abonné en fibre optique pour Orange ?
Hors coût de génie civil, entre 1.000 et 1.500 euros en moyenne par abonné.

Combien visez-vous de clients FTTH au terme de cette phase de pré-déploiement ?
Notre objectif est de 150.000 à 200.000 clients raccordés sur un million de clients raccordables fin 2008.

Quel sera le délai de raccordement des nouveaux clients ?
15 jours pour les foyers situés dans un immeuble où la fibre passe déjà dans la colonne montante, cinq à six semaines environ pour les foyers situés dans les zones fibrées jusqu'au pied de l'immeuble. Sachant que le plus compliqué n'est pas de tirer la fibre jusqu'au pied des immeubles - c'est un métier dont France Télécom a l'expérience - mais d'amener la fibre jusqu'au foyer en passant par la colonne montante des immeubles. Pour cela, nous allons systématiquement discuter avec les syndics afin d'obtenir leur accord.

Comment gérez-vous les discussions avec les syndics ? Quelles sont les conditions nécessaires pour parvenir à un accord ?
Nous avons mis en place au sein du groupe une cellule qui devrait compter à terme une centaine de personnes et dont l'essentiel de l'activité sera consacré aux relations avec les acteurs de l'immobilier. Notre approche est d'aller à leur rencontre, de leur présenter l'offre très haut débit et surtout de les rassurer sur la durée des travaux, les nuisances sonores, etc. Aujourd'hui nous comptons environ 700 accords signés avec des syndics.

Nous sommes ouverts au dégroupage de la fibre au pied des immeubles."
Alors que Free a opté pour la technologie P2P Ethernet pour son plan FTTH, France Télécom a choisi la technologie GPON. Quelles sont les différences ? Pourquoi avoir opté pour le GPON ?
L'architecture GPON permet de relier 64 abonnés sur une même fibre, contrairement au P2P qui relie une fibre à un abonné unique. En termes de déploiement et de coût de génie civil, le GPON est plus rentable, notamment dans les zones moins denses. D'ailleurs, le GPON a été adopté par les principaux opérateurs de fibre optique dans le monde, Verizon aux Etats-Unis, en Corée, au Japon, etc. Cette architecture a été conçue pour un marché de masse, en ligne avec l'ambition de France Télécom qui est de raccorder en fibre optique non pas des milliers, mais des millions de clients, d'ici plusieurs années.

Les partisans du P2P Ethernet reprochent au GPON de ne pas être dégroupable. Le choix de cette technologie serait-il un moyen de ne pas ouvrir cette nouvelle infrastructure d'accès Internet à la concurrence ?
C'est faux. Le GPON permet de connecter en très haut débit jusqu'à 64 abonnés à partir d'une même fibre. France Télécom est ouvert au partage de cette fibre à l'intérieur de la colonne montante des immeubles. Nous sommes disposés à ouvrir l'équipement optique situé en bas de l'immeuble. Ce en quoi nous sommes en accord avec la position du régulateur.

Dépasser l'objectif de 4 millions de clients raccordés en fibre d'ici 2012."
C'est-à-dire ? Quelle est votre position en termes de régulation de la fibre ?
L'Arcep [Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, ndlr] a identifié deux problématiques pour la régulation de l'accès Internet via la fibre optique : la colonne montante des immeubles, à laquelle France Télécom souhaite que tous les opérateurs aient accès, et le génie civil. Sur ce point, France Télécom est prêt à co-investir avec des opérateurs ou avec des collectivités locales pour financer les travaux de génie civil, notamment pour le déploiement de la fibre dans les trottoirs.

Au-delà de la phase de pré-déploiement, combien Orange vise-t-il d'abonnés FTTH ?
Le ministre délégué à l'Industrie François Loos a annoncé un objectif de quatre millions d'abonnés raccordés sur fibre optique d'ici à 2012. France Télécom entend bien tenir, voire dépasser cet objectif pour sa part de marché.

A combien s'élève l'investissement pour raccorder 4 millions de clients en fibre optique ?
Hors coûts de génie civil, entre 10 et 12 milliards d'euros. Il s'agit d'un montant global pour l'ensemble des opérateurs de fibre, qui sera probablement financé en partie par les collectivités locales.

Combien France Télécom a-t-il déjà investi dans le déploiement d'un réseau d'accès en fibre optique ?
5 millions d'euros d'ores et déjà pour le pilote, et nous allons investir 270 millions d'euros d'ici 2008 pour la phase de pré déploiement.

Pensez-vous que 100 % des foyers français puissent un jour être raccordés en fibre optique ?
Il est trop tôt pour répondre à cette question.

  En savoir plus
 Zoom sur l'offre fibre optique d'Orange
Dossier Très haut débit
  Le site
avoirlafibre.com
Cet effort financier dans la fibre optique signifie-t-il que France Télécom va réduire ses investissements dans la couverture du territoire en ADSL ? Il reste pourtant encore de nombreuses zones blanches en France ?
France Télécom a investi plus d'un milliard d'euros sur trois ans (2003-2005) dans la couverture du territoire en haut débit. Aujourd'hui, 100 % de nos centraux sont ouverts à l' ADSL. Nous couvrons 98 % de la population française. Les 2 % restant sont des zones non accessibles en ADSL qu'il faudra couvrir via les technologies alternatives.
 
 
Propos recueillis par Emilie LEVEQUE, JDN

PARCOURS
 
 
Consulter la fiche de Louis-Pierre Wenes dans le carnet des managers du JDN.

  
 
 
  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International