Interviews

Alex BERGER Directeur de
Canal New Media

(Canal Plus)

Pierre Lescure, PDG de Canal Plus, a annoncé hier à Hourtin la création en septembre prochain de Canal New Media, filiale à 100% du groupe entièrement dédiée à l'Internet. Canal Plus Multimédia - qui intervient dans le off-line - gardera son indépendance. Canal New Media a pour vocation de rassembler au sein d'une même entité tous les sites du groupe, (canalplus.fr, Le deuxième monde, les sites des filiales et les sites étrangers, une quarantaine en tout) et d'en développer des synergies. Canal New Media sera dirigé par Alex Berger, actuel Directeur délégué auprès de Pierre Lescure. La direction éditoriale de Canal New Media sera assurée par Alain Le Diberder.

Propos recueillis par Rémi Carlioz le 26 août 1999 .

JDNet : Vous venez d'être nommé directeur de Canal New Media. Avec quel état d'esprit
abordez-vous cette mission ?

Alex Berger : Avec bonheur, entrain et anticipation.

Comment sera structurée cette nouvelle entité ?
Rien ne sera décidé avant septembre, la création sera effective dans les semaines qui viennent.

Quels seront vos grands axes stratégiques ?
La principale mission est de créer les premières synergies entre les sites français et étrangers du groupe Canal Plus. Tout est ouvert. Nous allons étudier tous les partenariats possibles. Nous allons apporter les talents et les compétences de Canal Plus, et ce à la vitesse du Web, c'est-à-dire traduire sur le Net ce que nous sommes parvenus à faire en termes de télévision payante et interactive. Nous chercherons à étendre l'envergure européenne de toutes les activités web du groupe, sans exception.

Selon quel modèle de développement ?
Le Groupe Canal Plus est parvenu à être efficace et rentable, en s'étendant de façon tant transversale que verticale. Ce que nous savons faire, notamment, c'est nous adapter aux différentes cultures, langues, spécifications de chaque communauté, de chaque pays, nouer des partenariats locaux. Avant tout, nous avons une expérience très riche à faire partager sur le Web. Nous venons d'un univers très riche aussi en termes de médias, en termes de chaînes, de contenus et de pédagogie.

Quelles sont les compétences de Canal Plus qui aideront à la concrétisation de vos ambitions ?
Il faut bien voir que tous les talents et toutes les compétences nécessaires au développement de cette nouvelle structure sont déjà très présents au sein du groupe. Regardez par exemple ce qu'a fait Alain Le Diberder. Nous sommes précurseurs dans l'interactivité, en France mais aussi ailleurs. Canal Plus a développé depuis 1996 un logiciel pour la télévision interactive, Media Highway. Il permet de développer des jeux interactifs, du commerce électronique, du Pay-per-View, de télécharger des logiciels sur un PC, entre autres nombreuses fonctionnalités. Nous avons aussi développé Media Guard, un logiciel de contrôle d'accès pour les décodeurs, en collaboration avec Bertelsmann. Ces logiciels tournent sur n'importe quelle plate-forme, et nous les exportons aux USA, avec Media One, en Grande-Bretagne, avec On Digital, en Malaisie etc. Par ailleurs, nous avons déjà la culture du commerce et de la transaction, la notion essentielle de respect du contrat et de l'abonné. Nous venons au sein du groupe de cultures différentes et d'un univers très riche. Nous sommes déjà organisés autour de différents pôles. Canal New Media n'est que le prolongement logique de ces méthodes.

Quels partenariats allez-vous développer ?
Nous ne nous interdisons rien, aucun rachat, aucune alliance, aucune joint-venture. Nous avons déjà des partenariats existants. Avec AOL France dont nous sommes actionnaires à 55% avec Cegetel, et à qui nous fournissons du contenu pour leurs chaînes sport et divertissement en particulier, ainsi qu'un jeu en ligne. Nous sommes également partenaires de BOL, de Lycos et du Monde Interactif à qui nous fournissons du contenu chaque semaine. Simplement, nous avons un objectif plus large, européen. AOL France ne sera peut-être pas suffisant au regard de nos ambitions. C'est amusant d'ailleurs, AOL a une aventure inverse de la nôtre : ils viennent du on-line et vont se lancer dans la télévision avec AOL TV. Nous verrons, tout est ouvert. Canal New Media doit parler d'une voix, atteindre une masse critique, en termes de gestion des communautés, mais aussi à un niveau plus global. Canal Plus a 12 millions d'abonnés. Ce n'est pas du virtuel, ça c'est du réel.

Quelle est - vous - votre expérience du Web ?
Tout petit aux Etats-Unis, je jouais avec ce qui n'était à l'époque que des fiches cartonnées, celles que mon père, ingénieur informaticien, utilisait ! Je me suis acheté mon premier Mac en 1983 en Californie. A l'époque, c'était Compuserve, nous n'étions que quelques centaines à l'utiliser. Plus sérieusement, j'ai dans ma vie fabriqué beaucoup de contenu, et j'ai toujours eu le souci de développer et de décliner ce contenu, d'étendre par exemple la télé à d'autres supports tels que le minitel.

Qu'aimez-vous sur le Web ?
J'aime beaucoup les personnalisations en général, les différentes ergonomies. J'adore aussi un site, celui de Rapido TV. Il est très réussi, dynamique, rigolo, c'est une bonne traduction de ce que j'aime. J'aime aussi bien sûr les sites d'info, comme Wired.

Qu'y détestez-vous ?
Je ne déteste pas grand chose, le mot est fort. Je n'ai pas vraiment de mauvaise expérience sur le Net. Certes, on peut être déçu à l'arrivée. Mais la quête est déjà une aventure en soi. Bien sûr, il y a des sites moralement douteux, j'en suis conscient. Mais plus que cela, c'est la liberté qui m'importe. Et la liberté est formidable en soi. C'est excitant d'avoir vu naître et de voir se développer cette liberté.

Le grand public vous connaît peu. Quel est votre parcours ?
Je suis né aux Etats-Unis, en 1962, d'un père américain et d'une mère française. Mon nom se prononce "Burger " aux USA, " Berger " en France, et "Bêrgêr" en Allemagne. C'est un nom fait pour le Net, presque un nom de domaine ! J'ai vécu jusqu'à dix ans à Philadelphie, en Pennsylvanie. En 1972, nous sommes arrivés en France, d'abord dans les Vosges. J'ai ensuite été pensionnaire à Draveil dans l'Essonne. Je suis retourné en fac en Pennsylvanie, puis j'ai été pris comme script à l'antenne à Télé Monte Carlo. C'était l'époque de la mort de la Princesse Grace de Monaco. Comme je parlais anglais, j'ai été pris pour en quelque sorte couvrir les obsèques en "Mondiovision". Le malheur des uns fait le bonheur des autres ... Je suis ensuite devenu producteur du journal sur
RMC/TMC, période où j'ai connu Alain Chabat, entre autres. J'ai monté une société de court-métrages de pub et de dessins animés à Los Angeles, j'ai été analyste financier dans une Banque privée à Genève. Après j'ai monté avec Antoine de Caunes, Tim Newman et Peter Stuart NBDC, une société de production. Nous sommes intervenus pour Les Enfants du Rock, Rapido etc. Ensuite nous avons monté Rapido TV à Londres, en association avec Richard Branson. Depuis 1994, je suis à Canal Plus, d'abord aux chaînes thématiques avec Michel Thoulouze, et enfin avec Pierre Lescure.








Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires