Partager cet article

RSS
Interviews

Logo du service Gandi,
créé par Valentin Lacambre

Valentin Lacambre
Fondateur
Altern.org, Gandi


Bien qu'il s'en défende, Valentin Lacambre est un personnage de l'Internet français. Le créateur d'Altern.org a été rendu célèbre malgré lui par l'affaire Estelle Hallyday (Lire l'analyse juridique parue dans le JDNet) qui a largement alimenté les premières chroniques judiciaires de l'Internet. Au lendemain du vote en lecture définitive par l'Assemblée nationale de l'amendement Bloche, qui fixe les contours des nouvelles obligations imposées aux hébergeurs de sites Web (Lire l'article du JDNet), et après sa réaction à chaud la semaine dernière dans nos colonnes (Lire l'article du JDNet), Valentin Lacambre en dit davantage sur cette loi, ses projets et l'avenir d'Altern.org.  

Propos recueillis par Fabien Claire le 7 juillet 2000 .

JDNet. Cette fois, Altern c'est vraiment fini ?
Valentin Lacambre. J'arrête effectivement les hébergements gratuits, parce que ça ne devient ni gérable ni moral. Je ne conserve que les services gratuits de communication privée qui, eux, ne sont pas touchés.

Combien de sites étaient encore hébergés par Altern?
Il y a au total plus de 40.000 inscrits, sur lesquels on peut retenir un peu plus de 15.000 sites actifs. Leurs créateurs vont devoir aller se faire héberger ailleurs. J'ai expliqué cela sur mon site depuis deux jours.

Que va-t-il se passer maintenant, concrètement. Les éditeurs de sites ne vont-ils pas être tentés d'aller se faire héberger à l'étranger?
Oui, mais pas seulement. En ce moment, certains anciens essayent de monter un service mutualisé pour reprendre les sites hébergés sur altern. Leur idée est de pouvoir s'héberger eux-mêmes dans les conditions de responsabilité de la loi.

Pourquoi vous résoudre à cette décision définitive?
Il y a deux raisons nées de la loi, d'abord le mécanisme de gestion des conflits. En cas de plainte, quelque soit sa forme, y compris un email anonyme par exemple, s'il est possible qu'il s'agisse d'un contenu illégal, je dois envoyer une lettre recommandée au procureur de la République pour lui donner tous les éléments d'information à ma disposition. Il s'agit du nom du site, une copie de la plainte ainsi que le nom et l'adresse de l'auteur du site. Parfois, l'appréciation de la conformité d'un contenu à la loi peut être évident, mais il peut aussi s'avérer plus subtil, notamment lorsqu'il s'agit de diffamation. Jusqu'alors par exemple, Altern hébergeait un site satirique sur Charles Pasqua. Je recevais régulièrement des protestations contre ce site et dans le cadre de la loi, je devrais donc quatre ou cinq fois par mois envoyer un recommandé au procureur de la République pour lui indiquer que monsieur Untel se plaint de ce site au contenu satirique créé par monsieur Machin. Cette idée me pose un vrai problème moral. Je ne me sens pas particulièrement de vocation pour devenir une sorte d'indicateur ou d'auxiliaire de justice.

Et la deuxième raison?
Il s'agit de l'obligation initiale de détenir les noms et adresses des sites hébergés. Je ne peux satisfaire à cette obligation aujourd'hui et je n'ai pas l'intention de constituer un tel fichier.

Vous convenez quand même qu'il est nécessaire de pouvoir identifier l'auteur d'un site au contenu illicite, l'auteur d'un site nazi par exemple?
Mais il n'y avait pas de problèmes pour faire respecter la loi, nous étions parfaitement en mesure de d'identifier l'auteur d'un contenu illégal à partir des seules données techniques. Le gouvernement lui-même reconnaît que cette idée n'a pas un objectif de police, puisque n'importe qui peut écrire n'importe quoi. Il faut rechercher l'objectif ailleurs. En revanche, sur le fait de savoir s'il faut pouvoir retrouver l'auteur du contenu illicite, oui, bien sûr, c'est évident! Un comité d'experts du G8 vient de rendre un rapport dans lequel il préconise que la loi fasse obligation aux prestataires techniques de conserver les données de connexion un certain temps pour permettre la traçabilité. C'est ce que je faisais et cela suffit pour identifier n'importe lequel de ces auteurs. S'il y a un endroit où on est tracé du bout des doigts à la racine des cheveux c'est bien sur Internet. La CNIL elle-même le dit. Je suis d'ailleurs vraiment intrigué par cette nouvelle loi qui oblige les hébergeurs à conserver les noms, prénoms et adresses des auteurs de sites sans leur fixer de règles pour les empêcher d'exploiter commercialement ces noms.

Vous n'avez jamais envisagé la cession d'Altern?
Ca, non! Je n'ai d'ailleurs pas reçu de propositions récemment. La seule hypothèse aurait été de vendre à un truc parfaitement honorable, mais s'il s'agit de vendre Altern pour que les gens aillent y mettre de la publicité, c'est hors de question. Attention, je ne suis pas complètement désintéressé, je vis de mes activités mais mon but est de fonctionner sous forme solidaire en rendant réellement un service. Je veux juste vivre d'un service qui plaît à tout le monde.

Quelle est l'activité qui génère la plus grande part de vos revenus?
L'hébergement payant pour les deux tiers et encore un petit tiers du minitel.

Et gandi, votre activité d'hébergement de noms de domaine ?
Gandi ne rapporte pas grand chose. L'activité brasse pas mal d'argent, mais également beaucoup de dépenses. Au final on ne va pas s'acheter d'appartements avec! (rires).

Combien de noms de domaine enregistrés à ce jour?
Depuis début mars, nous avons enregistré a peu près 67.000 noms. Le but, c'est de faire en sorte que tout le monde puisse acheter son nom de domaine très facilement de manière à rester indépendant vis à vis des prestataires. L'idée est de leur apporter une gestion de noms de domaine sans embrouilles.

Et pour le dépôt des .fr?
C'est toujours l'AFNIC qui a le monopole du dépôt des .fr que lui a accordé l'Etat, et ce dernier conserve un droit de veto sur ce dépôt. L'AFNIC, elle, fonctionne avec sa propre forme de hiérarchisation sociale. La logique de l'AFNIC, c'est que les entreprises peuvent avoir mon-entreprise.fr, les association peuvent avoir association.asso.fr. Pour les personnes, c'est mon nom-mon déterminant.nom.fr. Dans cette organisation, les entreprises sont des citoyens plus que citoyens, les associations sont un peu moins des citoyens et personnes physiques le sont encore moins. A mon avis, il y a un bug. Nous voulons, nous, permettre à chacun d'avoir le nom qu'il veut dès lors qu'il est disponible.

Après l'affaire Hallyday, vous aviez indiqué avoir fait l'objet de plusieurs plaintes toujours fondées sur le contenu des sites que vous hébergiez. Avez-vous encore des procès en cours?
Il en reste deux. Le premier, l'affaire Caliméro, devrait bientôt connaitre un dénouement. Le second est l'affaire Radio France.

De quoi s'agit-il ?
Pour Radio-France, j'ai reçu une lettre recommandée au sujet d'un site qui diffusait les émissions de Radio-France en MP3. J'ai donc supprimé le site des serveurs Altern et renvoyé une lettre recommandée pour leur signifier que j'avais retiré le site. Le problème est que le site est toujours en ligne (on le trouve sur Yahoo!), même s'il n'est plus hébergé chez moi. Ils m'ont attaqué mais ce n'est plus moi qui héberge le site.

Il y a donc erreur sur l'hébergeur?
Je n'en suis même pas certain. Cela dit, je ne suis pas surpris. J'ai l'habitude des procès débiles et parfois, je dois dire, les décisions me surprennent...

Vous avez d'autres projets de services en ligne?
Pas plus tard qu'en fin de semaine prochaine, je vais proposer un service de mail sécurisé crypté en 128 bits. Cela vise d'abord les salariés d'entreprises qui ont dernièrement reçu un mail de leur direction indiquant que leur courrier électronique peut être lu. De plus en plus de gens me demandent des services de confidentialité. Ils pourront bénéficier de ce service gratuitement. On commence tous à en voir l'utilité, car configurer Pgp est quand même assez affreux.

Quels sites trouvez-vous intéressants?
Il y en a énormément. Je vous recommanderais par exemple the dernier moteur de recherche qui ne truande pas en ne vendant aucun mot-clé, northerlight.com. Dernièrement, j'ai bien aimé presselibre.org, qui propose par exemple des informations intéressantes sur la façon dont le journal Le Monde a couvert la guerre au Rwanda. Le Monde a déposé plainte contre le journaliste qui avait écrit ça mais a été débouté par la Cour d'Appel de Paris. C'est intéressant de lire ce type d'information. On remarquera que les journalistes qui font ce site ne donnent pas leurs noms, mais c'est nécessairement des gens du milieu. Avec la nouvelle loi, ils devront donner leur nom à leur hébergeur. J'aime bien également slashdot.org qui est une source d'information inévitable.

Un regard sur l'histoire Altern et ses rebondissements?
Je m'attendais à faire un petit boulot d'artisan technique qui a un peu dégénéré. C'est une belle histoire très sympathique. Mon seul regret concerne le comportement des autorités françaises et leurs réflexes fantasmatiques et paranoïaques. La vision qu'ont nos politiques d'Internet, c'est d'abord la peur de la diffamation.




 

Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires
 
 

Sondage

Ce qui vous a le plus embêté avec le bug de Google :

Tous les sondages