Partager cet article

RSS
 
BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles

 ENTREPRISE > Initiative
.
Recruter des salariés handicapés
Les travailleurs handicapés, un handicap pour l'entreprise ? Le cabinet de recrutement Objectifs, dédié aux personnes handicapées, est convaincu du contraire. Démonstration. (octobre 2003)
 
Dossier

"Embaucher un salarié handicapé ? Plutôt payer !" Depuis 1987, les entreprises de plus de vingt salariés ont le choix entre verser une contribution à l'Agefiph (L'Association nationale de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées) ou compter parmi leurs employés 6 % de travailleurs handicapés. Face à cette alternative, la moitié des entreprises préfère payer une contribution.

Pour tenter de changer la donne et favoriser l'insertion des handicapés, Guy Barette a créé en janvier dernier, à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), la société Objectifs. Celle-ci se propose de mettre en relation les entreprises et les personnes handicapées en recherche d'emploi.

Son principal argument ? D'un point de vue financier, l'opération est rentable pour l'entreprise. L'embauche de personnes ayant des handicaps reconnus par la Cotorep (Commission des techniques d'orientation et de reclassement professionnel) permet à l'entreprise de percevoir une prime de 1 600 euros par salarié et de ne plus verser de cotisation Agefiph proportionnelle à ses effectifs. Cette contribution s'élève par exemple à plus de 80 000 euros pour une entreprise de 500 salariés à temps complet (lire l'encadré ci-dessous). Recruter des personnes handicapées peut ainsi permettre de faire des économies. Une logique qu'Objectifs met en pratique : la société ne se rémunère qu'au résultat, à hauteur de 1 500 euros par embauche signée.

Le turn-over de cette population est très faible"
Guy Barette, Objectifs

Mais, face aux préjugés, l'argument financier ne suffit pas. Dans l'imaginaire collectif, les personnes handicapées se déplacent en fauteuil roulant. De quoi refroidir les ardeurs d'embauche des entreprises. Pourtant, "90 % des handicapés sont plus que valides, dont la moitié a un handicap qui ne se voit pas, estime Guy Barette. Ils souffrent par exemple souvent de mal de dos, conséquence de l'exercice d'un emploi difficile."

Les sites
  Objectifs
  Agefiph

Autre avantage : les salariés handicapés sont en général particulièrement motivés par leur travail et fidèles à l'entreprise. Guy Barette cite en exemple un groupe de la grande distribution qui emploie une centaine de travailleurs handicapés. "Le turn-over de cette population est très faible, de 2 % environ, explique-t-il, alors qu'il est en moyenne supérieur à 10 % dans le secteur."

Dossier

L'argumentaire a déjà séduit quatre employeurs du Pays Basque, dans les secteurs de l'hôtellerie, du nettoyage, du commerce et de la santé. Objectifs a constitué une base de données d'une soixantaine de candidats handicapés, peu qualifiés pour la plupart. Une base que la société compte valoriser, le recrutement de personnes handicapées pouvant s'inscrire pour les entreprises dans une politique plus large de développement durable.

L'obligation légale d'emploi des travailleurs handicapés

D'après la loi N°87-157 du 10 juillet 1987, les établissements de plus de vingt salariés doivent embaucher des travailleurs handicapés dans la proportion de 6 % de l'assiette d'assujettissement (le nombre de salariés équivalent temps complet). Pour s'acquitter de leur obligation d'emploi, les entreprises peuvent également verser une contribution proportionnelle à leurs effectifs et par unité manquante.

Contribution par unité manquante selon les effectifs (source Agefiph)
Effectifs
Taux
Smic horaire (juillet 2002)
Coût par unité
20-199 salariés
300
6,83 €
2 049 €
200-749 salariés
400
6,83 €
2 732 €
750 salariés et plus
500
6,83 €
3 415 €

Par exemple, pour un effectif de 500 personnes à temps complet, l'entreprise devrait compter 30 unités, sachant qu'un salarié reconnu travailleur handicapé peut valoir plusieurs unités. Si elle n'en emploie aucun, elle devra payer 81 960 euros (2 732 x 30). La contribution sert notamment à financer le réseau public Cap Emploi spécialisé dans le placement des personnes handicapées.


Un témoignage, une question, un commentaire ?
Réagissez

 

Rédaction, Le Journal du Management
   
 
Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters
 
Revenir en haut