Partager cet article

RSS
BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles

Journal du Net > Management >  Commerciaux, ingénieurs : les écoles qui payent le mieux
CARRIÈRE
 
(mai 2004)

Commerciaux, ingénieurs : les écoles qui payent le mieux

Les jeunes diplômés des meilleures écoles de commerce et d'ingénieurs peuvent espérer atteindre les 40 000 euros bruts annuels après trois ans d'activité.
  Envoyer Imprimer  

Site
  L'Expansion

Jauger une formation, c'est également jauger le niveau de rémunération auquel peuvent prétendre les étudiants qui ont suivi ce cursus. L'enquête sur les salaires des jeunes diplômés, réalisée par la magazine L'Expansion en partenariat avec Towers Perrin et sur la base de 15 000 questionnaires, permet d'établir les formations et les secteurs d'activité qui offrent les meilleures perspectives sur le plan de la rémunération. Une enquête qui couronne les deux filières historiques que sont les écoles de commerce et les écoles d'ingénieurs.

Le classement des écoles de commerce
Ecole
Salaire après trois ans d'activité
(annuel brut)
Médian
Total (avec primes et bonus)
Ecole supérieure de commerce de Paris (ESCP-EAP)
40 400
49 400
Hautes Etudes commerciales (HEC)
40 900
48 500
Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
38 500
47 200
Ecole de management de Lyon (EM-Lyon)
41 800
45 200
Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec)
39 200
44 400
Ecole des hautes études commerciales du Nord (Edhec)
37 000
44 000
Ecole supérieure de commerce de Reims (Management School)
38 000
44 000
Ecole supérieur des sciences commerciales d'Angers (Essca)
37 000
43 000
Ecole supérieure de commerce Nantes-Atlantique (Audencia)
39 000
42 500
Ecole supérieure de commerce de Grenoble (Ecole de management de Grenoble)
39 700
41 500

Le classement 2004 des écoles de commerce respectent les grands équilibres du secteur, en installant en trio de tête l'ESCP-EAP, HEC et Sciences Po. Sur ces trois formations, les jeunes diplômés peuvent espérer une rémunération voisine des 40 000 euros bruts annuels après trois années d'activité. Un objectif de salaire qui reste d'ailleurs à portée de main pour les diplômés des dix premières écoles du classement.

Sur le plan sectoriel, ce sont les jeunes commerciaux qui s'orientent vers l'industrie pharmaceutique qui affichent le salaire médian le plus élevé : 38 000 euros bruts annuels avec 12 à 24 mois d'ancienneté. Suivent, dans l'ordre, l'industrie et le BTP (37 000 euros) puis le conseil (36 100 euros) et les hautes technologies (32 400 euros).

Le classement des écoles d'ingénieurs
Ecole
Salaire après trois ans d'activité
(annuel brut)
Médian
Total (avec primes et bonus)
Ecole polytechnique
42 000
50 000
Ecole nationale supérieure des mines de Paris
43 000
50 000
Ecole centrale de Paris (ECP)
40 300
48 200
Ecole supérieure d'électricité (Supélec)
39 700
44 000
Ecole nationale des ponts et chaussées (ENPC)
39 000
47 000
Ecole nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (Supaéro)
40 700
45 000
Ecole nationale supérieure des arts et métiers (Ensam)
36 500
44 800
Ecole nationale supérieure des techniques avancées (Ensta)
39 500
44 000
Institut national agronomique Paris-Grignon (INA-PG)
41 600
43 900
Ecole nationale supérieure des télécommunications de Paris (ENST)
40 000
43 000

Le classement des écoles d'ingénieurs, globalement comparable à celui des écoles de commerce, salue de son côté Polytechnique, les Mines et Centrale avec, là encore, des salaires médians voisins des 40 000 euros bruts annuels après trois années d'activité. Cette rémunération peut être gonflée de 10 à 20 % si le jeune ingénieur a suivi, en plus, un master ou a effectué un séjour à l'étranger.

Côté sectoriel, c'est dans la fabrication et la distribution de produits de grande consommation que les ingénieurs débutants peuvent atteindre les meilleurs salaires : 38 000 euros bruts annuels avec 12 à 24 mois d'ancienneté. Viennent après les hautes technologies (37 600 euros) puis les services aux particuliers (37 300 euros).

Dossier

Enfin, le classement des filières universitaires culmine également sur la base des 40 000 euros annuels après trois ans d'ancienneté pour les doctorats en médecine, vétérinaire et en économie-gestion. Les DEA, DESS et magistères en finance, management, administratif, communication, économie et informatique reposent, eux, sur la base des 35 000 euros bruts.


JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page

Sondage

Souhaitez-vous changer de job d'ici la fin de l'année ?

Tous les sondages