Partager cet article

RSS
BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles

Journal du Net > Management >  Fidélisation des salariés : les entreprises françaises sont en retard
ENTREPRISE
 
27/09/2006

Fidélisation des salariés : les entreprises françaises sont en retard

Selon une étude du cabinet de recrutement Robert Half, la France apparaît en retrait de ses voisins européens en matière de politique de fidélisation des talents. 37 % des entreprises n'en ont pas encore.
  Envoyer Imprimer  

Sites
  Robert Half Finance & Comptabilité
Pour une entreprise, savoir conserver ses talents est aussi important que savoir les recruter. En ces temps d'embellie sur le marché de l'emploi des cadres, la question d'un renforcement des politiques de fidélisation des salariés se pose dans les entreprises françaises. C'est ce qui ressort de l'étude menée dans neuf pays par le cabinet de recrutement Robert Half auprès de directeurs des ressources humaines et directeurs financiers.


Moins de fidélisation en France mais moins de mobilité

La mobilité des salariés est un problème auquel les entreprises françaises sont moins confrontées que leurs homologues anglo-saxonnes. La durée moyenne pendant laquelle les salariés restent dans la même entreprise est en effet sensiblement plus longue dans l'Hexagone : 22 % des salariés resteraient ainsi plus de 15 ans dans la même société, contre seulement 7 % au Royaume-Uni et 4 % en Australie. De même, seuls 4 % des salariés français partent de leur entreprise avant trois ans, contre 10 % au Royaume-Uni, selon les personnes interrogées.


Temps moyen passé par un salarié dans une entreprise
(sur déclaration des DRH et DAF interrogés, source : Robert Half, 2006)
Temps moyen passé par un salarié dans une entreprise


Cette relative stabilité des salariés français peut expliquer le moindre développement des politiques de fidélisation des talents dans les entreprises par rapport aux autres pays étudiés. Les employeurs français reconnaissent que leur capacité à retenir leurs salariés devient un enjeu important avec la reprise du marché de l'emploi, tout particulièrement sur certains profils spécialisés. 37 % déclarent avoir besoin de mettre en œuvre une politique de fidélisation des talents et 56 % affirment avoir besoin de l'approfondir, contre respectivement 24 % et 55 % en moyenne sur les neuf pays.

Quant aux actions de fidélisation mises en oeuvre, seules 32 % des entreprises françaises impliquent leurs salariés dans les décisions des entreprises pour les inciter à rester, contre 37 % en moyenne. De même, seules 25 % ajustent les salaires à la hausse, contre 35 % en moyenne. En revanche, elles sont 40 % à distribuer des avantages financiers en nature (chèques restaurant, complémentaire santé, voiture de fonction...) à leurs salariés pour les fidéliser, contre 30 % en moyenne.


Actions mises en place dans le cadre des
politiques de fidélisation sur les deux dernières années

(source : Robert Half, 2006)
Actions mises en place dans le cadre des


Privilégier la gestion des carrières et des compétences

Mais le principal enjeu des stratégies de fidélisation des salariés reste la capacité à intégrer leurs aspirations. Un constat que Bruno Fadda, responsable de Robert Half Finances et Comptabilité, fait au quotidien : "Au-delà de ces chiffres, le phénomène frappant est que la plupart des candidats que je rencontre souhaitent quitter leur entreprise parce qu'ils jugent leurs perspectives à moyen terme inexistantes ou en tous cas trop floues."

Les candidats qui quittent leur entreprise jugent leurs perspectives à moyen terme inexistantes ou trop floues."

Bruno Fadda
Plus que les hausses de salaires et les avantages en nature, les entreprises doivent privilégier la prise en compte des aspirations de leurs talents. "Cela passe par des actions de formation en interne mais également par une plus grande attention des managers au quotidien", ajoute Bruno Fadda.

Les entreprises ont commencé à prendre en compte ce constat : en France, 57 % d'entre elles déclarent inclure dans leur politique de fidélisation des actions pour la formation et le développement personnel de leurs salariés. Pour Bruno Fadda, il faut continuer d'aller dans ce sens : "la politique de suivi des collaborateurs par l'employeur est un argument de vente qui fonctionne également très bien auprès des candidats, qu'ils soient juniors ou expérimentés." Savoir retenir pour mieux attirer, telle semble être la recette.

Méthodologie

L'étude sur la fidélisation des salariés a été réalisée en mai 2006 auprès de 2.739 directeurs des ressources humaines et directeurs financiers, dans 9 pays (Allemagne, Australie, Belgique, France, Italie, Nouvelle Zélande, Pays-Bas, Royaume-Uni et République tchèque).

 


JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT

Sondage

Selon vous, faut-il supprimer deux jours fériés comme le propose le Medef ?

Tous les sondages