Journal du Net > Management >  Un tiers des entreprises françaises recourt aux managers de transition
ENTREPRISE
 
12/12/2006

Un tiers des entreprises françaises recourt aux managers de transition

Les managers de transition ont le vent en poupe. C'est ce que révèle une enquête de Robert Half qui se penche également sur leurs missions et la manière dont ils sont perçus par les entreprises et leurs salariés.
  Envoyer Imprimer  

Site
  Robert Half Management Resources

Apparu à la fin des années 1970 aux Etats-Unis, le métier de manager de transition est aujourd'hui en pleine expansion en Europe. Une enquête menée par Robert Half Management Resources, spécialiste du recrutement en management de transition, auprès de 2.500 responsables dans 13 pays, dresse un bilan de cette nouvelle profession.


Une entreprise sur trois concernée en France
En France, 8 % des responsables interrogés font régulièrement appel à des managers de transition. Dans certains pays, cette proportion est encore plus élevée : 13 % aux Pays-Bas, 12 % en Allemagne, 11 % au Royaume-Uni et en Irlande, 9 % en Italie. Comme les Français, 8 % de responsables américains font régulièrement appel au management de transition.

Si les entreprises n'ont pas toutes des besoins récurrents, nombre d'entre elles engagent toutefois occasionnellement ces professionnels. C'est particulièrement vrai en Nouvelle-Zélande (38 %), en Australie (32 %), en Italie (28 %), mais également en France (24 %).

Les responsables qui déclarent faire constamment appel à l'expertise de managers de transition, plus rares, sont tout de même 6 % en Irlande et 4 % aux Etats-Unis, contre 1% seulement en France.

Fréquence à laquelle les entreprises françaises
font appel à des managers de transition
(source : Robert Half Management Resources)
Evolution du chiffre d'affaires du groupe Harmonia Mundi


Perçus par les employeurs comme objectifs et compétents…
Les entreprises reconnaissent aux managers de transition bon nombre de qualités parmi lesquelles :

Leur regard neuf. Il est plébiscité par 62 % des responsables interrogés au Canada, 54 % au Royaume-Uni, 52 % en République Tchèque et aux Etats-Unis, 49 % en France et en Belgique.
L'expérience qu'ils apportent de leurs précédentes missions. Elle est considérée comme un précieux atout par 49 % des responsables en Nouvelle-Zélande, 47 % en Allemagne, 42 % en Australie ou encore 41 % en Belgique, en Irlande et aux Pays-Bas.
Les connaissances spécifiques qu'ils possèdent. Elles sont particulièrement appréciées par 46 % des responsables allemands, 40% des responsables australiens et 37 % de leurs homologues irlandais.
Leur neutralité rassemble 34 % des suffrages en Allemagne et en Australie et 31% aux Pays-Bas.
Leur talent de communicant, enfin, est surtout prisé en France (16 %) ainsi qu'aux Pays-Bas et en Allemagne (14 %), alors qu'il suscite peu d'engouement en Italie (6 %) ou au Luxembourg (3 %).

Qualités des managers de transition auxquelles
sont sensibles les entreprises françaises
(source : Robert Half Management Resources)
Evolution du chiffre d'affaires du groupe Harmonia Mundi


... ils apparaissent très inquiétants aux salariés
Tous pays confondus, 31 % des salariés avouent avoir quelques appréhensions à l'égard des managers de transition. Beaucoup d'entre eux associent notamment ce métier aux situations de crise. C'est ainsi le cas au Canada (40 %), aux Pays-Bas (39 %), au Royaume-Uni (36 %) et en Italie (34 %).

Mais ils sont aussi 28 % à craindre qu'un manager de transition prenne leur poste, notamment au Luxembourg (40%), en Irlande (38%) et en Belgique (34%).

Si, en moyenne, 17 % des salariés portent un regard positif sur ce métier, il ne sont que 14 % à juger que la présence d'un manager de transition n'est pas source de stress.


Leurs missions les plus fréquentes : les restructurations
S'ils semblent si inquiétants aux salariés des entreprises où ils interviennent, la nature de leurs missions n'y est pas étrangère. En effet, 30 % des entreprises qui les engagent le font dans le cadre d'une restructuration, d'un changement de direction (25 %) ou encore lors d'une fusion ou d'une acquisition (16 %). Elles ne sont que 31 % à leur confier d'autres projets que ceux-ci.

Dossier
A ce titre, Olivier Gélis, directeur général de Robert Half Management Resources, précise : "Bon nombre de missions que nous traitons actuellement concerne l'optimisation de procédures, l'harmonisation de fonctionnements ou de structures, la fiabilisation des outils financiers ou encore l'analyse de flux opérationnels…" Et malgré la méfiance qu'inspire encore l'arrivée d'un manager de transition dans une société, il veut conclure avec optimisme : "Les entreprises ont beaucoup évolué et voient un réel avantage à recourir à un expert qui leur apporte l'expertise et l'expérience dont elles ont besoin pour leurs projets."

JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page

Sondage

Penserez-vous à votre travail pendant les fêtes de fin d'année ?

Tous les sondages