Journal du Net > Management > Maîtriser son besoin en fonds de roulement

Attribuer les responsabilités

Didier Voyenne
 
Didier Voyenne Directeur financier et comptable d'Informatique (CDC)
 
"Le BFR augmente avec la croissance"

Si le chef d'entreprise doit prendre en charge la définition d'une politique active de gestion du BFR (politique de crédit, objectifs à atteindre), son application doit être déclinée à l'ensemble des services concernés. "Or, ce problème est très transversal." Didier Voyenne suggère donc de créer une fonction de cash manager qui regroupe a minima des attributions de responsable crédit et trésorier, en relation avec la production et la logistique. Ce responsable peut ensuite déployer les axes de cette politique envers les managers des services appropriés.

 

Pour une politique réellement active, les salariés peuvent également être intéressés à l'évolution du besoin en fonds de roulement. Pour Didier Voyenne, "on peut indexer la prime variable des commerciaux en fonction du chiffre d'affaires encaissé et non facturé. On peut également prendre en compte dans les critères d'intéressement de l'ensemble des salariés le taux et le délai de résolution des litiges."

 

Les périodes à risque : être vigilant

Un suivi attentif et une anticipation systématique permettent d'autant plus facilement et rapidement de remarquer un accroissement inattendu de son besoin en fonds de roulement. Mais même sans cela, certaines périodes à risque doivent attirer l'attention du dirigeant. "Le BFR augmente avec la croissance", explique Didier Voyenne. Mais une période de forte augmentation de l'activité n'est pas la seule où la problématique du BFR se pose : la phase de création des entreprises nouvelles est souvent cruciale à cet égard. Dans ces deux cas, la question du BFR est souvent négligée au profit de problématiques commerciales.

 

Les phases de conquête, par exemple d'un nouveau marché à l'international, sont également des périodes à risque pour le BFR et la gestion de la trésorerie. "Les cycles sont alors chamboulés et le développement demande un investissement en BFR", souligne Didier Voyenne. Suite

 

 

JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page