Journal du Net > Management >  Alternext a la cote auprès des PME
Finance
 
22/05/2007

Alternext a la cote auprès des PME

Lancé il y a deux ans, Alternext est en pleine croissance. Ce marché boursier destiné aux PME attire autant pour l'accès aux financements qu'il facilite, que pour la visibilité qu'il offre aux entreprises.
  Envoyer Imprimer  

Deux ans après son lancement, le succès d'Alternext ne se dément pas. En nombre d'entreprises cotées, comme en capitalisation totale, le marché boursier des petites et moyennes capitalisations affichent une belle croissance.

 
 
Capitalisation boursière en millions d'euros et nombre de sociétés cotées
Source : Alternext
 
Capitalisation boursière et nombre de sociétés cotées

Pour l'occasion, Alternext a interrogé les dirigeants des entreprises cotées pour mieux comprendre leurs motivations mais aussi les difficultés qu'ils ont rencontrées.

 

Un positionnement attractif

Lancé par Euronext le 17 mai 2005, Alternext peut tirer un bilan positif de ces deux premières années d'activité. D'abord ouvert à Paris, puis à Bruxelles en juin 2006 et enfin à Amsterdam en novembre dernier, Alternext compte aujourd'hui 93 PME qui représentent une capitalisation boursière totale de 4,8 milliards d'euros. Plus réglementé que le marché libre, mais moins que le compartiment C de l'Eurolist, destiné aux capitalisations inférieures à 150 millions d'euros, Alternext s'est trouvé un créneau large et porteur, attirant des sociétés dont la capitalisation varie de 10 à plus de 90 millions d'euros.

 

Surtout, le marché a réussi à séduire des entreprises de tous les secteurs. Si l'industrie et les technologies prédominent, avec respectivement 26 et 16 % des sociétés cotées, les entreprises de services, 23 %, et financières, 7 % occupent également une place non négligeable.

 

Répartition sectorielle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les motivations des PME : financer leur croissance et gagner en notoriété

Euronext a mené avec TNS Sofres, Ernst & Young et Avenir Finance, une enquête auprès des dirigeants des entreprises cotées sur Alternext, pour sonder notamment les motivations qui les ont amenés à s'introduire en bourse. Une écrasante majorité évoquent naturellement le besoin de financer leur croissance organique (93 %) et externe (90 %). Rien d'étonnant à cela, puisqu'en deux ans, ce sont près de 875 millions d'euros qui ont été levés sur Alternext, lors des introductions boursières ou au cours d'opérations secondaires, telles que les augmentations de capital ou les émissions d'obligations convertibles. Mais les motivations ne sont pas exclusivement financières. En effet, les dirigeants sont tout aussi nombreux à mentionner le besoin d'accroître la visibilité et la notoriété de leurs entreprises (93 %).

 

 
Et toujours
 
 
 

Cet usage de la cotation comme d'un outil de communication se confirme d'ailleurs, lorsque l'on demande aux dirigeants quelle source de satisfaction ils tirent du fait d'être en bourse. 65% d'entre eux citent en effet des motifs de notoriété et d'image tels que la visibilité, la crédibilité, la transparence ou la reconnaissance des partenaires. Les motivations strictement financières arrivent loin derrière, puisque ils ne sont que 46% à louer le rôle d'accélérateur de croissance, interne ou externe, que joue le marché boursier, et 51% le potentiel de levée de fonds dont ils disposent désormais.

 

Un travail de préparation à l'introduction non négligeable

C'est aussi sur ce point qu'ils reconnaissent avoir le plus travaillé dans le cadre de la préparation de leur introduction en bourse. La communication externe est ainsi citée par 90 % des dirigeants interrogés, devant la production d'information financière (83 %) ou la structuration de la fonction financière (70 %). La communication interne est même citée par 48 % d'entre eux.

 

Cette phase de préparation à l'introduction est d'ailleurs la source de quelques déconvenues pour nombre de PME. Elles sont ainsi 35 % à trouver que le processus d'introduction a été plus compliqué qu'elles ne l'envisageaient, et même 70 % parmi les plus petites capitalisations (moins de trente millions d'euros). Elles sont également 53 % à le trouver plus long que prévu et 48 % plus cher.

 

En savoir plus : Alternext

 

 

 


JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page

Sondage

Penserez-vous à votre travail pendant les fêtes de fin d'année ?

Tous les sondages