Partager cet article

RSS
BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles

Journal du Net > Management >  Toyota, une exception culturelle
Fiche de lecture
 
19/06/2007

Toyota, une exception culturelle

En partenariat avec Manageris, JDN Management vous propose chaque mois de décrypter les meilleures publications sur le management. Ce mois-ci, nous avons sélectionné "Le modèle Toyota", de Jeffrey Liker.
  Envoyer Imprimer  

L'événement a fait les gros titres : fin 2007, avec plus de 9 millions de véhicules vendus dans le monde, Toyota aura détrôné General Motors de son titre historique de premier constructeur automobile mondial. Avec un bénéfice annuel net de 11,6 milliards de dollars en 2006, c'est l'entreprise la plus rentable de son secteur. Sa capitalisation boursière de 240 milliards de dollars est supérieure à celles de Nissan, Ford, General Motors, Honda et DaimlerChrysler réunies !

 
En savoir plus
 
 
 

 

Le succès du groupe est souvent attribué à ses méthodes de production en juste à temps. Avec raison, car elles lui ont permis d'atteindre des niveaux de productivité record. Une multitude d'entreprises s'en sont d'ailleurs inspirées, bien au-delà du secteur automobile.

 

Toutefois, on oublie souvent que ces méthodes ne sont qu'une partie d'un ensemble plus vaste, qui plonge ses racines dans la culture de Toyota : des comportements et une vision du monde inspirés en grande partie par les fondateurs et qui donnent au groupe une profonde originalité par rapport à la plupart des multinationales.

 

1. Un souci constant de cohésion

Toyota parvient à faire en sorte que l'ensemble de ses collaborateurs se mobilisent dans la même direction. Un exploit remarquable pour un groupe rassemblant plus de 260.000 collaborateurs dans le monde ! Cela passe par une domination sans équivoque du métier principal : à une époque où beaucoup de grandes entreprises s'interrogent sur leur identité et la nature de leur "cœur de métier", Toyota n'a aucun doute quant à sa vocation - construire des voitures de la plus haute qualité en optimisant sans cesse les processus de production. Mais l'entreprise porte aussi une attention permanente à la circulation de l'information et à la lutte contre les cloisonnements et les silos organisationnels.

 

2. La stabilité sans l'immobilisme

Toyota incarne la fable du lièvre et de la tortue : le changement, généralement de faible envergure, y est incrusté dans la pratique quotidienne de l'entreprise. Une approche qui, sur le long terme, se révèle plus efficace que des bouleversements spectaculaires, dont les répercussions sont souvent mitigées. Ainsi, plus que de saisir au bond toutes les opportunités, la priorité de Toyota est d'optimiser sans cesse son fonctionnement et de limiter le risque d'erreur dans ses décisions stratégiques. En témoigne une grande prudence dans les choix technologiques. Par exemple, pour optimiser la gestion de la production, là où d'autres constructeurs se sont dotés d'un logiciel complexe de suivi des flux, Toyota a préféré filmer les ouvriers et optimiser leurs gestes de travail. Mais le groupe sait ne pas pousser cette prudence jusqu'à l'immobilisme. Il garde en permanence à l'esprit une vision à long terme, qui l'oblige à innover quitte à accepter certains sacrifices à court terme.

 

3. La fidélité aux valeurs d'origine

 
En savoir plus
 
 
 

La prospérité finit par habituer certaines entreprises à la facilité et les éloigne des bonnes pratiques qui ont fait leur succès. Ce n'est pas le cas chez Toyota qui, en dépit d'une croissance phénoménale, reste très marqué par les conditions difficiles dans lesquelles il a dû faire ses premiers pas. Fondé par un bricoleur de génie, Toyota professe que rien ne remplace l'expérience concrète : tous les collaborateurs doivent ainsi passer une part significative de leur temps sur le terrain. De même, le climat de pénurie dans lequel le groupe est né dans le Japon des années 1930 et de l'après-guerre est à l'origine de la philosophie qui l'a conduit à des gains de productivité phénoménaux : l'élimination systématique du superflu et des tâches sans valeur ajoutée. Aujourd'hui, le groupe s'y tient rigoureusement, sans céder à la tentation de profiter de sa plus grande marge de manœuvre financière.

 

4. Les salariés au cœur de la réussite

Enfin, le système Toyota repose sur le savoir-faire, la motivation et la fidélité des collaborateurs. Conscient de l'enjeu, le groupe a toujours veillé à ce que ceux-ci n'aient pas à se plaindre de leurs conditions de travail. Offrant des niveaux de salaire élevés, il est fidèle à la pratique japonaise de l'emploi à vie. Il se refuse par exemple à traduire les gains de productivité en licenciements : chacun s'engage donc sans appréhension dans les démarches d'optimisation.

 

 

 
Manageris
 
  Depuis 1992, Manageris publie chaque mois une synthèse des meilleures publications en management. Par ailleurs, Manageris conçoit et anime des sites intranet sur mesure pour plusieurs dizaines de grands groupes, en support à la mobilisation et au développement de leurs managers et dirigeants.  

 

 

  En savoir plus  
  "Le modèle Toyota"

"Le modèle Toyota : 14 principes qui feront la réussite de votre entreprise", de Jeffrey Liker, Editions Pearson Education, 2006.

 

>> Consultez les librairies

 



JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT

Sondage

Etes-vous actuellement démotivé au travail ?

Tous les sondages