S'affirmer en tant que leader

Sommaire

En savoir plus

 

Selon Carine Grzesiak, "chaque personne a ses points forts, des zones de confort où les choses se font plus naturellement." Pour développer son leadership, il s'agit de les identifier puis de les mettre en avant.

 

Comment les identifier et savoir quelle sorte de leader on est ? "En s'écoutant un peu. On pourra aussi faire attention aux signaux non verbaux que l'on envoie et qui sont des indicateurs très riches de ce que l'on ressent réellement." Il est aussi possible de s'appuyer sur des tests de personnalité, de type MBTI par exemple. Ce test permet en effet de se positionner sur quatre échelles bipolaires : orientation de l'énergie (extraversion / introversion), recueil d'information (sensation / intuition), critère de prise de décision (pensée logique / sentiments) et mode d'action (jugement / perception). La connaissance de ses quatre modes de pensée préférés indique son type MBTI parmi les seize existants (le visionnaire, l'homme de devoir, le maternant, l'inspirateur, le théoricien…).

 

"Le simple fait de connaître ses points forts donne confiance en soi"

"D'ailleurs, ajoute la spécialiste, le simple fait de connaître ses points forts donne confiance en soi et apporte une souplesse à travailler en sachant qu'on ne sera pas parfait." Et une fois que l'on est au clair avec soi-même, on peut l'être également avec son équipe, accepter ses limites ouvertement et déléguer là où un autre est meilleur.

 

En revanche, pas question d'aller contre sa nature. "Un intraverti peut faire un très bon leader, mais il ne faut pas exiger de lui des qualités d'orateur. En tout état de cause, il ne faut pas se travestir : les équipes le sentent très vite." Au contraire, mieux vaut reconnaître les domaines où un autre sera peut-être plus doué. Cela inspirera confiance à l'équipe et lui apportera de la reconnaissance.

 


JDN ManagementEnvoyerImprimerHaut de page