Devenir manager de transition Une demande qui s'intensifie

Une conjoncture dégradée fait le bonheur des managers de transition qui, avec leur statut d'indépendant, peuvent rapidement mener à bien des missions aussi délicates que des plans sociaux ou des chasses au gaspillage. "Le management de transition se positionne indéniablement comme une solution rapide, souple et variable, contrairement aux processus de recrutement qui peuvent aller jusqu'à six mois lorsqu'il s'agit d'engager un cadre supérieur, fait remarquer Bruno Calbry, fondateur du cabinet de management de transition Immedia. De fait, le volume des missions est actuellement en hausse, a fortiori quand l'urgence est devenue la norme."

 

les projets visant à réduire les coûts ont le vent en poupe.
Les projets visant à réduire les coûts ont le vent en poupe. © Mykola Velychko / Fotolia

Les missions qui ont le vent en poupe

Tous les projets visant à réduire les coûts sont particulièrement recherchés : optimisation de la trésorerie et financement du BFR, audit approfondi des différents process pour déceler les économies potentielles, gestion des licenciements économiques et des situations sociales tendues sont parmi les missions les plus demandées. Plus encore qu'en période de croissance, les entreprises attendent de la réactivité de la part des prestataires de management de transition.

 

Un marché à construire

Selon une étude de Robert Half réalisée en janvier 2009, 63 % des managers de transition français s'attendent ainsi à une hausse de l'activité d'ici deux ans. "Avec un marché de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires, la France est très en retard sur le Royaume-Uni et ses 750 millions d'euros, souligne Karine Doukhan. Avoir recours à un manager de transition n'est pas encore entré dans les moeurs des entreprises françaises qui croient plutôt à la formation des compétences en interne." Etre manager de transition demande donc également d'être pédagogue sur son métier.

 

Consultant indépendant / Nouveau métier