Chercher à relancer sa carrière

la lassitude de sa vie de salarié n'est pas une motivation suffisante.
La lassitude de sa vie de salarié n'est pas une motivation suffisante. © alphaspirit - Fotolia.com

"Reprendre une entreprise n'est pas un pis-aller", avertit fermement Gilles Lecointre. Si vous considérez la reprise comme une planche de salut professionnel, il y a peu de chance que votre démarche se transforme en succès. "Etre fatigué de son patron n'est pas une motivation. Il faut être enthousiasmé par la démarche, autrement la course d'obstacles qui vous sera imposée vous donnera cinquante occasions de renoncer," illustre le fondateur d'Intercessio. Si vous vous présentez comme un cadre en recherche de reclassement vous aurez du mal à convaincre un banquier, un investisseur ou un cédant.

De la même manière, ne voyez pas dans la reprise "une façon de préparer votre retraite comme si vous investissiez dans un bien immobilier, prévient Olivier Menu. Avoir une approche seulement patrimoniale de la reprise est une grave erreur."