Conclure trop vite ou trop lentement

ni trop vite, ni trop lentement, il faut trouver le bon timing.
Ni trop vite, ni trop lentement, il faut trouver le bon timing. © maselkoo99 - Fotolia.com

Une entreprise ne s'achète pas comme une brique de lait. Il faut savoir prendre le temps de l'analyse et de la négociation avec le repreneur. Mais "vous devez néanmoins vous donner les moyens d'aller vite," conseille Olivier Menu, gérant fondateur de Valexcel. En d'autres termes, votre démarche doit être claire, votre diagnostic de l'entreprise rapide et vos soutiens financiers immédiatement mobilisables.

 "Vous devez être réactif quand le train passe car il ne s'agit pas de le rater, les bonnes occasions sont trop rares, juge-t-il. Mais ne vous précipitez pas non plus : si la prise de décision est trop rapide, vous vous planterez. A l'inverse, si les négociations durent longtemps, l'opération peut tourner au vinaigre. Au bout de six ou neuf mois de négociation, il est temps de laisser tomber."