Tomber d'accord sur un mauvais prix

il n'y a pas de bonnes affaires dans la reprise, que de bons prix.
Il n'y a pas de bonnes affaires dans la reprise, que de bons prix. © olly - Fotolia.com

"Il y a des milliers de techniques pour valoriser une entreprise. Et il faut donc acheter une entreprise au bon prix, pas au prix souhaité par le cédant," prévient Olivier Menu. L'exercice est subtil. "Chaque faiblesse identifiée doit vous servir à faire baisser le prix, argumente Marie-Armelle Delauney. Par exemple, une machine qui vieillit, une compétence-clef proche de la retraite..." 

Et "si le prix est trop élevé à vos yeux, n'insistez pas. Vous devez savoir vous retirer d'un deal qui n'est pas raisonnable, conseille Gilles Lecointre. Par ailleurs, il est probable que le cédant revienne vers vous." En tout état de cause, le prix de cession est évidemment un point parmi les plus importants qui doit toujours tenir compte de vos capacités financières, de la fidélité de vos soutiens et des recettes attendues de l'entreprise.