Aller au bureau est nocif pour l'environnement

Des espaces mal optimisés, des trajets domicile-bureau trop longs et des salariés pas assez responsabilisés font des bureaux les premiers responsables de pollution de l'UE, selon une étude Regus.

Alors que la construction de bâtiments Haute Qualité Environnementale se développe, Regus, dans son étude "Travaillons-nous de manière durable ?", remet en cause l'organisation traditionnelle du travail en bureaux.

 

Les bureaux responsables de 40 % des émissions de carbone

D'après les chiffres calculés par l'Agence européenne pour l'environnement (l'EEA), les bureaux et les trajets qu'ils impliquent contribuent à la production de carbone de l'Union européenne des Quinze à hauteur de 40 %. Dans les immeubles, ce sont les équipements informatiques, de chauffage, d'éclairage et d'air conditionné qui sont les principaux responsables de la pollution. Au total, ce sont donc plus de 1.700 millions de tonnes de carbone qui sont émis par l'activité humaine en bureaux. Regus prône le retour à des bureaux plus petits : "il est absolument inutile de chauffer de grands espaces de bureaux ouverts quand on les laisse refroidir durant la nuit et qu'on les réchauffe le lendemain matin." Le prestataire de bureaux estime en outre que les espaces ne sont utilisés efficacement que 30 % du temps, une large partie de la pollution générée ne servant donc pas l'activité humaine.

 

Des trajets trop longs

Les trajets quotidens domicile-bureau
Nombre de jours passés au bureauDistance moyenne parcourue par jour (en km)
Source : Regus
1126
279
358
448
5 ou plus40

Au vu des résultats obtenus auprès d'un échantillon de 1.000 personnes, une société de 1.000 salariés, représentative des modes de fonctionnement observés, cumulerait 80.000 kilomètres de trajet par semaine. A distance égale, le passage de cinq jours de présence à quatre, entraîne une diminution de 5 % des émissions de carbone.

 

Des salariés pas assez responsabilisés

Imprimer à outrance, laisser les lumières et les ordinateurs allumés... les mauvaises habitudes sont légion. 34 % des personnes qui travaillent dans un bureau avouent ne pas considérer les moyens de réduire ces gaspillages. Un problème dû au manque de responsabilisation des salariés.

 

 Site : Regus

 En savoir plus :  Yves Nanique (HRG) : "Nous pouvons mesurer l'empreinte écologique complète de la politique de voyages d'une entreprise"

 Témoignez : Vos idées "écolo" pour l'entreprise
Economie de papier, d'énergie... Que proposez-vous aux entreprises et à leurs salariés pour les aider à mieux respecter l'environnement ?

 

Développement durable