Voici les conseils de l'ancien PDG d'Apple

Grâce aux leçons tirées de ses erreurs, John Sculley donne de précieux conseils pour être un excellent leader.

En 1982, Steve Jobs a demandé à John Sculley, alors président de Pepsi, de devenir le directeur d'Apple.

La firme de Cupertino n'étant, à l'époque, pas aussi connue qu'aujourd'hui, Sculley hésitait à accepter. Alors il s'est fait désirer.

Steve Jobs, qui n'est habituellement pas du genre à supplier, a fini par convaincre le brillant président de Pepsi de rejoindre Apple en posant la désormais célèbre question : "voulez-vous passer le reste de votre vie à vendre de l'eau sucrée ou voulez-vous avoir une chance de changer le monde" ?

Dans le livre "Steve Jobs" de Walter Isaacson, Sculley déclare qu'il a été très surpris par la franchise de Jobs et que, pour lui, il n'avait d'autre choix que d'accepter. Il devient alors le directeur d'Apple en 1983, à 44 ans.

Il faut savoir être à l'écoute, avoir l'esprit ouvert et voir les choses de différentes perspectives

Au début, Steve Jobs et lui étaient quasiment inséparables. Ils formaient un "duo de choc". Ils se parlaient une douzaine de fois par jour et finissaient les phrases l'un de l'autre, écrit Isaacson. Mais une fois la passion des premiers jours passée, les conflits se sont installés et Jobs a tenté d'évincer l'homme qu'il a eu tant de mal à recruter. C'est finalement Jobs qui a été chassé par Sculley en 1985.

Sept ans après, Sculley quitte aussi l'entreprise. Il a démissionné en 1993 "sur fond de guerre au sujet des prix des ordinateurs et des tensions internes parmi les membres de la direction de l'entreprise", a rapporté le Chicago Tribune. (Jobs est retourné chez Apple après le départ de Sculley).

Aujourd'hui, il est toujours critiqué pour avoir chassé Jobs et pour les compétences managériales dont il a fait preuve lorsqu'il était à la tête géant de la Silicon Valley. Ces critiques semblent le suivre peu importe le nombre de start-up à succès dans lesquelles il est impliqué aujourd'hui.

Avec du recul, Sculley affirme qu'il aimerait pouvoir revenir en arrière et dire une chose au Sculley de 44 ans : sois plus à l'écoute et sache qu'il n'y a pas qu'une seule façon de faire les choses.

Vous devez absolument être curieux

Lorsqu'il travaillait pour le géant de l'informatique pendant les années 80 et le début des années 90, les employés n'accordaient pas d'importance aux statuts formels alors ils inventaient le leur. Même s'il était officiellement PDG, il était écrit "auditeur en chef " sur sa carte.

Il regrette de ne pas avoir pris ce statut plus au sérieux.

Je sais à quel point il est important d'avoir l'esprit ouvert et de respecter le fait qu'il y ait plusieurs façons de penser à un problème ou une solution", déclare-t-il. Mais il ne l'a compris qu'après 5 années passées à la tête de l'entreprise à la pomme, lorsque son ami d'antan, Jobs, était déjà parti.

Peut-être que s'il avait vraiment été plus à l'écoute et plus ouvert à la créativité et aux idées de Jobs, il n'y aurait pas eu autant de conflits.

Selon Sculley, pour réussir dans la vie, "il faut savoir être à l'écoute, avoir l'esprit ouvert et voir les choses de différentes perspectives. Vous devez aussi absolument être curieux".

 

Article de natalie Walters. Traduction de Soraya Bouznada, JDN.

Voir l'article original : "Here's what a former Apple CEO wishes he could have told himself when he took over the tech giant at age 44"

Autour du même sujet