Réussir la réorganisation de son service Prendre conscience des rapports de forces

Pour faire appliquer sa décision, mieux vaut avoir conscience des rapports de forces qui entrent en compte. "Dans un premier temps, il faut se poser la question des acteurs, à l'intérieur ou à l'extérieur du service, qui sont détenteurs d'un pouvoir", avertit Philippe Ramond. Par exemple, le pouvoir institutionnel est détenu par le mandataire social. Le pouvoir monétaire, détenu par exemple par le Daf, détermine les marges de manœuvre financières. Quant aux collaborateurs, ils détiennent aussi un pouvoir de blocage.

Alliés, opposants et neutres

Il convient donc de repérer où sont vos alliés, vos opposants et les personnes neutres. "Dans une banque, la réorganisation du back office peut être mise à mal par la direction du développement, qui y voit une mise en péril de la relation client", illustre Philippe Ramond. A vous, ensuite, de tenter de rallier les opposants ou les neutres à votre cause. Sans oublier de conforter vos alliés dans leur soutien.

Dans votre propre équipe aussi, il faut repérer les éléments qui vous soutiendront. "On compte en moyenne 7 % des acteurs qui sont facteurs de changement, explique Suzanne Peters. D'autres seront des réfractaires. Il faudra alors les prendre en tête-à-tête, déterminer ce qui coince, pourquoi ça coince, quitte à se faire aider par les ressources humaines."

Avoir conscience de ces rapports de force est vital avant d'entamer toute réorganisation. Dans certains cas, il se révélera plus intéressant de remettre à plus tard son programme plutôt que de se lancer dans un chantier où les oppositions sont trop fortes.

Gestion du changement / Mandataire