DOSSIER 
(octobre 2003).
.
Aménager ses bureaux
Des locaux sur mesure
chez Air France
La compagnie aérienne s'est dotée d'un nouveau siège commercial en région parisienne. Tout y a été étudié par une équipe projet, du choix des couleurs à la forme des fauteuils. Récit.
 
Montre-moi tes locaux
Philippe Meurice (DEGW)
Mobilier : tous à la même enseigne
L'open space, oui mais…
Cinq principes pour son poste de travail

Nom de code TEAM, pour "Tous ensemble à Montreuil". C'est sous cette étiquette qu'Air France a mené le projet d'installation de son nouveau siège commercial à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Un projet de 70 millions d'euros aux objectifs ambitieux : regrouper dans un même lieu plus de 1 300 employés, provenant de plusieurs sites d'Ile-de-France, afin de favoriser le travail en équipe et permettre au management d'être plus proche des salariés.

Le bâtiment de Montreuil, tout neuf, a ouvert ses portes en mai dernier. Il rassemble les effectifs commerciaux de la compagnie aérienne auparavant éparpillés entre les sites du boulevard Blanqui (dans le 13ème arrondissement à Paris), de Cachan ou encore d'Orly. Au lancement du projet, en mars 2000, le choix de cette nouvelle implantation est revenu à la direction immobilière d'Air France. Dans la foulée, une équipe s'est constituée autour d'Alain Braure, chef du projet TEAM. "Une équipe extrêmement polyvalente", explique-t-il.

Au fil des mois, cette équipe s'est étoffée en accueillant des compétences multiples : un responsable de la communication dédié, un médecin du travail spécialisé dans l'ergonomie, ponctuellement un responsable des ressources humaines, et, en externe, des architectes et plusieurs bureaux d'étude (dont DEGW, lire l'interview).

De haut en bas : La Façade du siège - Un espace détente - Une cafétaria - Un open space

Afin de susciter le travail en équipe, l'équipe TEAM a fait le choix, dès le départ, d'espaces ouverts peu rigides. Les deux bâtiments contigus, de 3 300 et 20 000 m², sont fractionnés en espaces de 400 m². Ces plateaux de 400 m² sont tous coupés en deux par des salles de réunion et quatre bureaux fermés. Visuellement, les plateaux ne dépassent donc pas les 200 m² et disposent d'un total de trente-six bureaux ouverts.

Pour ces trente-six bureaux placés en open space, Air France a choisi d'intégrer des armoires et divers meubles afin de permettre aux salariés de recréer des cellules de travail. "Nous sommes passés de 30 à 10 % de bureaux individuels, les cloisons des bureaux fermés étant aujourd'hui toutes vitrées, explique Alain Braure. Globalement, le choix de l'open space ne nous a pas fait gagner d'espace. Il nous a plutôt permis de redistribuer l'espace en consacrant des mètres carrés supplémentaires aux salles de réunion."

Dans cette logique d'open space, la compagnie s'est penchée sur le moindre détail. Un cahier des charges, très strict, a été mis en place pour le matériel et la décoration. Moquettes grises et cloisons blanches étaient de rigueur afin de respecter les codes couleurs d'Air France. "Cette combinaison de couleurs, appliquée dans les espaces de travail, est assez glacée, note Alain Braure. Nous l'avons compensée dans les espaces de convivialité et détente avec, par exemple, des armoires rouges ou des chaises visiteurs vertes."

Afin de limiter les réticences des salariés face au choix de l'open space, le projet TEAM a joué la carte de la consultation. Les employés ont par exemple voté pour choisir le siège. Un siège aujourd'hui identique pour tout le monde. "Nous avons également accompagné le changement en réservant quelques petites surprises aux salariés, ajoute Alain Braure. Nous avions peu communiqué en amont sur la qualité de la prestation. En s'installant à Montreuil, les salariés ont découvert que tous les postes bénéficiaient d'un écran plat, d'un téléphone numérique ou d'un graveur de CD." Autres suprises : les deux bâtiments disposent d'une terrasse, de deux cafétérias et d'une salle de gym.

Montre-moi tes locaux
Philippe Meurice (DEGW)
Mobilier : tous à la même enseigne
L'open space, oui mais…
Cinq principes pour son poste de travail

Reste maintenant pour les salariés la phase de l'apprentissage, la découverte du travail en open space. Un aménagement, par nature, plus bruyant que les bureaux fermés. "Les employés passent par une période d'autorégulation, ils apprennent peu à peu à travailler autrement, par exemple à se déplacer en salle de réunion pour parler." Le silence est d'or.

 

Rédaction, Le Journal du Management


   
 
Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters
 
Revenir en haut