Bernard Arnault, François Pinault, Charles Saatchi… Ces patrons sont célèbres certes par le succès de leur entreprise, mais également par leur goût affiché pour l'art contemporain. En quoi consiste-t-il ? Quels en sont les artistes absolument incontournables ? Réponses.

 


Le principe

On considère généralement que l'art contemporain débute en 1945 avec l'expressionnisme abstrait - de Jason Pollock et Willem de Kooning en particulier - et l'art brut de Jean Dubuffet.

 

Fontaine, de Marcel Duchamp
 
Fontaine (ou Urinoir), Marcel Duchamp, réplique de 1964 de l'original de 1917
© Centre Pompidou
 

L'art contemporain puise sa source dans les expérimentations de l'art moderne, s'étant libéré avec Marcel Duchamp et son Urinoir des contraintes classiques de représentation. Avec l'apparition de la photographie, l'art n'a plus à représenter fidèlement le réel et valorise désormais l'idée au détriment de la technique.

 

Expérimentations nouvelles et idées conceptuelles explorent les crises de la société et expriment des valeurs. La globalisation et la perte des repères spatio-temporels traditionnels encouragent les approches personnelles et valorisent les composantes biographiques, sociologiques voire religieuses au sein des démarches de travail.

 

La recherche formelle du Beau laisse donc la place à la recherche d'esthétiques nouvelles, pouvant aller jusqu'à l'art conceptuel, au minimalisme, à la performance et à l'art corporel. Et puisque les technologies ont toujours apporté des outils à l'art, l'éclatement des types de médium conduit souvent au délaissement de la peinture au profit d'installations, de performances ou autres.

 

Philippe Lejeune, peintre et critique français, précise ainsi : "L'art contemporain se dit conceptuel, c'est-à-dire que, partant d'un concept, on arrive à procurer une sensation. Les Beaux-Arts se donnent un tout autre but, ont un programme bien différent. Partant de l'éprouvé, ils le confrontent à la mémoire collective pour arriver précisément à une idée, c'est-à-dire à un élément que l'on peut comparer."

 


Les incontournables

Chaque décennie, on peut compter de six à douze nouveaux courants de l'art contemporain.

 

Détail de Campbell's soup cans, de Andy Warhol
 
Détail de Campbell's soup cans, Andy Warhol 1962
 

Dans les années 60, plusieurs courants posent les bases de l'art contemporain et de ses explorations. Le très violent actionnisme viennois, précurseur de l'art corporel, développe comme le courant Fluxus un art de la performance, mais à caractère sacrificiel, destiné à libérer les individus de leurs refoulements. Au même moment, Guy Debord et les situationnistes prônent la libération des conditions historiques par une réappropriation du réel et critiquent la société du spectacle. C'est également l'époque de la généralisation des installations et du développement du minimalisme. Le Pop Art, enfin, récupère les images de la publicité et de la société de consommation. Sa transposition en France, le nouveau réalisme, générera plus tard l'hyperréalisme.

 

Le Reichstag emballé, de Christo
 
Le Reichstag emballé, Christo 1995
 

Dans les années 70 apparaît le Land Art. Ses exécutants les plus célèbres sont sans doute Christo et Jeanne-Claude, qui "emballent" dans du tissu des paysages, lieux ou monuments afin de "révéler en cachant". Au même moment, James Turrell commence à travailler la lumière, naturelle ou artificielle, pour lui rendre sa matérialité. Il achète un volcan éteint en Arizona, le Roden Crater, pour en faire un véritable observatoire de la lumière céleste. Et à partir de 1971, Hervé Fischer, Fred Forest et Jean-Paul Thénot développent le concept d'art sociologique - précurseur de l'art relationnel des années 2000 - pour désigner une "pratique sociologique interventionniste" qui utilise les moyens de communication de masse pour en critiquer le caractère manipulateur.

 

Les années 80 voient le développement des arts vidéo, audio-visuels et télématiques. En parallèle, dans plusieurs pays, de jeunes artistes proposent une peinture figurative et colorée. Il s'agit des Néo-expressionnistes ou Nouveaux Fauves en Allemagne, du Bad Painting aux États-Unis (dont Keith Haring et Jean-Michel Basquiat sont les représentants les plus célèbres), de la Figuration libre en France. En Italie, c'est le mouvement de la Trans-avant-garde : perdurant encore aujourd'hui, un groupe d'artistes décide de réagir face à ceux qui proclament la fin de la peinture et la gloire de l'art conceptuel et minimaliste. Leur credo : le retour aux formes traditionnelles de la peinture et de l'image imprimée.

 

Alba, de Eduardo Kac
 
Possédant la protéine GFP dans son ADN, Alba émet une luminescence verte lorsqu'elle est exposée à une lumière ultraviolette ou bleue. Eduardo Kac 2000
 

Dans les années 90, art en ligne et art numérique complètent la palette des arts NTIC tandis que le bio-art utilise les ressources offertes par les biotechnologies, par lesquelles les artistes s'approprient des thèmes de réflexion très controversés aujourd'hui : culture de tissus vivants, modifications génétiques (d'Eduardo Kac en particulier et sa lapine Alba, "créée" avec l'Inra), morphologiques (de Marta de Menezes), constructions biomécaniques (par Symbiotica)... Le corps de l'artiste est parfois mis à contribution (culture de sa propre peau, projet de transfusion de sang de panda rendu compatible...). L'objectif ultime de ce courant : mettre à nu les peurs traditionnellement inspirées par la technologie.

 

Depuis 2000, l'art contemporain chinois suscite beaucoup d'agitation. Si dans les années 80 Deng Xioaping encourage l'ouverture du pays, confrontant les artistes à l'économie de marché, la plupart abandonnent tout contenu politique ou contestataire à la suite des événements de Tien an men. En 1999, la Biennale de Venise marque un essor sans précédent de la scène chinoise. Mais en 2004, l'exposition "Alors, la Chine ?" au centre Pompidou est très critiquée. En effet, l'engouement actuel pour la Chine complique l'appréciation des œuvres, parfois jugées surévaluées. L'art contemporain chinois demeure toutefois une source d'investissement considérée comme très attractive. Lire la suite

 

 

En savoir plus Les expositions du moment sur L'Internaute Magazine



JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page