Et si ledit "sale con" est son propre chef ? Le grand patron ? Face à cette situation plus que délicate, Hervé Laroche voit quatre attitudes à adopter.

 

La première : si l'on peut, quitter l'entreprise.

 

La deuxième : s'isoler psychologiquement pour ne pas subir les attaques. "On peut s'aider de techniques zen, comme celle de la 'descente du rapide' : ne pas lutter contre le courant - sous peine d'empirer la situation -, garder les pieds en avant et se protéger."

 

"La résistance peut être muette et efficace"

La troisième : exercer de petites représailles. Robert Sutton illustre cette possibilité par l'initiative d'une assistante qui, excédée que son patron se serve dans sa réserve de biscuits, a un jour "piégé" ses petits gâteaux. Un long passage aux petits coins le dissuada pour longtemps de recommencer… Au-delà de l'anecdote, Hervé Laroche insiste sur l'importance psychologique de "marquer un point". "Dans les situations difficiles, il est très important d'avoir le sentiment de garder un peu le contrôle sur ce qui nous arrive", ajoute-t-il.

 

Dernière solution : organiser une résistance collective. "la résistance peut d'ailleurs être muette et efficace, remarque-t-il. Mais plus largement, ce qu'il faut retenir, c'est qu'à plusieurs on est plus fort qu'un seul, même si c'est lui qui a le pouvoir."

 


JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page