La mauvaise habitude qui amoindrit l'efficacité des leaders

Si vous voulez réussir en tant que leader, mieux vaut éviter certains comportements qui vous feront passer pour peu efficace.

Quand vous faites une erreur au travail, il est toujours tentant de se dédouaner en rejetant la faute sur quelqu'un d'autre ou en expliquant comment des facteurs hors de votre contrôle ont contribué à votre échec.

Les chercheurs affirment que les leaders qui agissent de la sorte sont perçus comme moins efficaces que ceux qui reconnaissent leurs torts et cherchent des moyens de s'améliorer. Un tel comportement est la preuve d'une attitude défensive. Un manager sur la défensive aura en effet tendance à être fermé à toute remise en question ou critique.

Selon les chercheurs du Teachers College de l'université de Columbia et du Center for Creative Leadership, une attitude défensive va à l'encontre de la "capacité de raisonnement". Selon eux, la capacité de raisonnement est l'état d'esprit qui permet aux personnes de s'imposer en tant que leader et d'assumer les problèmes auxquels doit faire face leur entreprise.

La capacité de raisonnement inclut des pratiques comme l'autoévaluation, la remise en cause du statu quo, l'intégration rapide de nouvelles compétences ou la prise en charge de projets dont le succès n'est pas garanti. Les études ont montré que les cadres disposant de cette capacité de raisonnement réussissaient mieux (ils étaient mieux payés et mieux évalués par leur employeur).

Une attitude défensive entrave la capacité de raisonnement et le succès 

A l'inverse, une attitude défensive entrave la capacité de raisonnement et le succès des leaders. Les chercheurs ont analysé les retours reçus par 134 leaders de la part de leurs supérieurs. Ils ont découvert que ceux qui avaient une attitude défensive étaient considérés comme moins efficaces en termes d'évaluation de soi, de communication, d'adaptabilité et de capacité à remplir des objectifs. Ainsi, les managers ont tout intérêt à concilier dynamisme et remise en cause.

De la même manière, en ce qui concerne les traits de caractère valorisés par les pairs et les collaborateurs, les données ont montré que les leaders qui cherchent à avoir des retours sur leurs actions et essayent d'apprendre de leurs expériences (un comportement que les chercheurs appellent "réfléchi") sont généralement considérés comme plus efficaces en termes de gestion d'équipe et de conduite du changement.

Mais comment quitter cette attitude défensive et cultiver un comportement réflexif dans sa méthode de management ? Les chercheurs recommandent de résister à la tentation de répondre immédiatement à un commentaire. Ainsi, vous restez ouvert à toute possibilité d'amélioration même si cette situation ne vous met pas à l'aise. Et en ce qui concerne le comportement réflexif, les chercheurs suggèrent de se tenir au courant des projets récents qui concernent votre secteur d'activité. Il est nécessaire de se demander régulièrement ce qui s'est passé, pourquoi cela s'est passé et ce qui peut être fait pour assurer un succès futur.

 

Article de Shana Lebowitz. Traduction par Manon Franconville, JDN.

Voir l'article original : The bad habit that makes leaders less effective

Leadership