20 soft skills indispensables au bureau

Les compétences techniques seules ne sont pas suffisantes pour être performant au travail. Il est aussi demandé des qualités non professionnelles de savoir-être : les soft skills.

"Les robots font bien le boulot". Par cette affirmation, Fabrice Mauléon, coauteur de l'ouvrage Le Réflexe Soft Skills, signifie qu'en entreprise, les compétences techniques ne suffisent plus et que l'automatisation peut prendre en charge de plus en plus de tâches.

Conséquence : les salariés ont besoin de présenter de nouveaux types de connaissances pour se démarquer auprès des employeurs. D'autant que la crise économique est passée par là. Comme le souligne Fabrice Mauléon, elle a obligé les travailleurs à "créer de la valeur alors qu'ils pouvaient se contenter autrefois de gérer le flux".

Ces qualités qui permettent au candidat de sortir du lot sont appelées "soft skills". Des compétences non techniques qui relèvent souvent du savoir-être et plus rarement du savoir-faire : créativité, intelligence émotionnelle ou souplesse cognitive pour n'en citer que quelques-unes.

"Elles ne sont pas opposées aux hard skills, elles viennent les sublimer", ajoute Julien Bouret, également coauteur de l'ouvrage Le Réflexe Soft Skills.

Alors quelles sont-elles ? Avec Fabrice Mauléon et Julien Bouret, le JDN a établi une liste des vingt soft skills les plus recherchées ou les plus utiles en croisant leurs observations et une étude du World Economic Forum dont les principaux résultats ont été mis en avant par une infographie réalisée par le JDN et son partenaire Re.sources le Data Lab de l'emploi de Randstad.

Chacune des soft skills ne vaut pas mieux qu'une autre et n'est pas totalement isolée, car elles sont reliées entre elles, comme une constellation. Les auteurs distinguent toutefois quatre notions essentielles : conscience, esprit d'entreprendre, confiance, synergie. Elles permettent de rayonner sur l'ensemble du spectre.

 

Et aussi