Savoir parler de soi

En savoir plus

Embauche : tous les conseils

Marquer les esprits par des détails et des anecdotes

Si les détails et les exemples apportent du concret à un discours et permettent de ne pas se perdre en généralités, il faut savoir les mentionner rapidement. "Lorsque vous évoquez les deux ou trois expertises qui sont les vôtres, vous pouvez tout-à-fait ajouter 'par exemple, j'ai fait ça'. Mais c'est tout : cela n'intéresse pas forcément votre interlocuteur. Si son œil s'allume, vous le notez et plus tard vous pourrez développer", recommande Yves Maire du Poset.

 

De la même façon, les anecdotes marquent les esprits. Il s'agit là aussi de rester concis quitte, si on sent que l'interlocuteur est vraiment en attente sur le sujet, à entrer dans les détails.

 

"Nous avons une facette professionnelle et une facette personnelle. Il faut donc évoquer sa vie privée"

Mentionner sa vie privée

Lorsque l'on parle de soi, faut-il évoquer des éléments de sa vie privée ? "Je le crois volontiers, répond le spécialiste. Nous sommes un tout : une facette professionnelle et une facette personnelle. Ce qui nous passionne, ce qui nous excite, ce qui nous donne envie d'aller travailler le matin… tout cela présente un intérêt évident : il est important de se rendre compte que son interlocuteur n'est pas qu'un 'outil professionnel'. Il y a aussi une personne." A condition, bien évidemment, de ne pas aller livrer des choses intimes dont l'autre n'a rien à faire...

 

La question de l'originalité

Comme le note Yves Maire du Poset, on peut assister à des présentations très innovantes. "J'ai ainsi vu un grand manager qui venait de prendre ses fonctions se présenter devant 150 personnes. Il a replié les manches de sa chemise et remonté les jambes de son pantalon jusqu'aux genoux et a lancé : 'Vous voyez, je suis comme vous, deux bras et deux jambes'. Il a frappé les esprits, il a fait rire et pendant les 25 minutes où il a raconté son histoire, tout le monde est resté attentif". Le spécialiste précise tout de même : "On n'est bien sûr pas obligé de faire dans l'extravagant !" D'autant qu'il faut pour cela une bonne dose de talent. Pour prendre moins de risques, on veillera simplement à ce que sous son discours très construit, la structure disparaisse.



JDN ManagementEnvoyerImprimerHaut de page