Faire entendre son point de vue Construire un message percutant

Au-delà de la personnalité, le contenu et la maîtrise du sujet comptent pour une bonne part dans l'art de bien se faire entendre. Et attention, en ce qui concerne la maîtrise ou non du sujet, l'impression de l'interlocuteur se cristallise très vite. Il faut donc être percutant dès les premières phrases. C'est pourquoi, mieux vaut ne pas trop laisser de place à l'improvisation dans les premiers temps et préparer un discours cohérent, concret, simple et clair.

 

Soigner les premiers mots

"Pour qu'il soit pénétrant, il faut répéter le même message 4 fois de manières différentes."

L'erreur à éviter lorsque l'on est submergé par le trac : commencer par de multiples de précautions oratoires, comme des excuses, des explications sur le fait que l'avis que l'on va émettre n'est peut-être pas forcément dans le sujet... Ces premiers mots décrédibilisent directement la personne.

Jouer sur différentes dimensions

Pour s'assurer que le message passe bien, Jean-Yves Bellego recommande de s'appuyer sur le moyen mnémotechnique de l'expression "dur comme FER" :

 Factuel : l'orateur décrit une situation

 Emotionnel : l'orateur met une charge émotionnelle (exemple : "A faire d'urgence !")

 Rationnel : l'orateur expose des solutions opérantes

 

D'autre part, il est recommandé de répéter 4 fois différemment le même message pour qu'il soit pénétrant. Et ce sans que les participants à la réunion aient impression de redite. En effet, les personnes qui écoutent ne retiennent que 20 % de ce qui est dit. Attention aussi à ce que votre intervention ne dépasse pas un quart d'heure à une demi-heure : au-delà, vous risquez de ne plus être écouté.

 

Pour appuyer son discours, il est également préférable de recourir à une instrumentalisation de son propos, via un rétroprojecteur, une présentation sous forme de diapositives, un support papier...

S'affirmer au travail