L'auteur de "Game of Thrones" partage les secrets de sa créativité

Créativité de George R. R. Martin (Game of Thrones) Le succès d'un livre est comparable à celui d'une entreprise. Découvrez les secrets de George R. R. Martin, l'auteur le plus en vue du moment.

George R.R. Martin a créé un monde d'épées et de sorcellerie dont les fans ne peuvent plus se passer : le livre "A Song of Ice And Fire" ("Le trône de Fer" en français) s'est vendu à 24 millions d'exemplaires, alors que l'adaptation sur la chaîne de télévision payante HBO fait aussi un tabac. Le premier épisode de la saison 4 a attiré 6,6 millions de téléspectateurs, un record pour une chaîne premium depuis que "Les Sopranos" ont disparu des écrans.

Dans un récent entretien accordé au magazine Rolling Stone, George R.R. Martin a partagé son processus créatif. Etonnamment, il renvoie largement à des sagesses entrepreneuriales. Voici son travail, vu des coulisses.

Il ne s'agit pas d'idées

Lorsqu'on lui demande d'où lui vient son imagination, George R.R. Martin répond que "les idées ne valent pas grand-chose".

"J'ai plus d'idées maintenant que je ne pourrai jamais en coucher sur le papier, assure-t-il. A mes yeux, c'est la réalisation qui est indispensable".

C'est la même philosophie que celle enseignée par le défunt innovateur technologique Steve Jobs, qui affirmait qu'il est faux de penser qu'une grande idée constitue 90% du travail. "Il existe une énorme quantité de savoir-faire entre une grande idée et un grand produit", disait-il.

Il ne s'agit pas d'originalité

La créativité, ce n'est pas avoir l'idée la plus originale qui ait jamais existé. C'est plutôt une question de mélange de ce qui existe déjà.

"Regardez Shakespeare qui a emprunté toutes ses intrigues, illustre George R.R. Martin. "Dans "A Song of Ice and Fire", je prends des choses de la Guerre des Deux-Roses et d'autres histoires fantastiques. Tout ceci travaille dans ma tête et d'une certaine manière prend forme dans ce que j'espère être uniquement de mon cru".

Là encore, Apple fournit un exemple frappant. L'iPod n'était pas le premier lecteur de mp3. C'était simplement le plus beau. Comme l'affirme Austin Kleon, auteur de "Steal Like An Artist", le vol créatif peut être quelque chose d'incroyablement positif dans la mesure où il rend hommage au lieu de déshonorer, où il remercie au lieu de plagier et où il transforme au lieu de vexer.

Si vous ne pouvez pas l'éviter, vous devez vous y mettre

Lorsque George R.R. Martin a commencé à travailler sur "A Song Of Ice and Fire", il œuvrait encore à Hollywood. Entre deux scénarios et les salles de scénaristes, il ne pouvait pas se soustraire au besoin d'écrire.

"Je préparais toujours des émissions, mais "Ice and Fire" ne quittait pas mon esprit. Je n'arrêtais pas de penser à ça et aux scènes des personnages. Ce n'était jamais très loin de moi. J'ai réalisé que je voulais vraiment raconter cette histoire", explique-t-il.

On retrouve le même schéma chez les entrepreneurs. Adam Braun, fondateur de Pencils of Promise, a passé ses premières 20 années à parcourir le monde avec son sac à dos et savait qu'il voulait créer une fondation éducative. Bien que sa carrière fût en plein essor dans le prestigieux cabinet de conseil Bain & Company, il est parti lancer une fondation éducative, l'une des plus innovantes au monde.

Il s'agit d'inspiration

Parfois, l'inspiration arrive toute seule. Comme l'a dit George R.R. Martin au magazine Rolling Stone, la scène d'ouverture du livre lui est apparue comme une vision :

"C'était l'été 1991. Je travaillais toujours à Hollywood. Mon agent essayait de m'obtenir des rendez-vous pour présenter mes idées mais je n'avais rien à faire en mai et juin. Cela faisait des années que je n'avais pas écrit de romans. J'avais pour idée un roman de science-fiction du nom d'Avalon. J'ai commencé à y travailler, ça se passait très bien, lorsque soudainement cette scène qui finalement allait être le premier chapitre de "Game of Thrones" m'est apparue. C'est vue à travers les yeux de Bran : un homme est décapité et on trouve des chiots désespérés dans la neige. Ça m'est apparu de manière si forte et si frappante que je savais qu'il fallait que je l'écrive. Je me suis mis à rédiger et en trois jours c'est sorti de moi, presque sous la forme dans laquelle vous l'avez lu".

Les plus grands leaders sont des visionnaires : l'entrepreneur Elon Musk a imaginé une infrastructure pour les voitures électriques, maintenant il est en train de la créer (ainsi que des voyages dans l'espace destinés au grand public). Richard Branson a imaginé une compagnie aérienne qui prend soin de ses clients et en a fait une réalité. Le PDG de Lyft, Logan Green, voulait concevoir un meilleur type de transports en commun. L'entreprise est en cours de création.

Il s'agit également d'amitiés

Lorsque George R.R. Martin était en train de faire de l'univers de "Song of Ice and Fire" une réalité, il s'est posé une question importante : que devrait-il en être de la magie de cette histoire fantastique ? Beaucoup de sorts ou pas trop ? Puis, la question cruciale : est-ce qu'il devait y avoir des dragons ?

Comme l'ont fait des esprits brillants tels que Charles Darwin et Kanye West, George R.R. Martin a décidé de solliciter l'avis d'un ami. "Est-ce que les Targaryens doivent, en fait, avoir des dragons ?", se souvient George R.R. Martin. "J'en discutais avec une amie, l'écrivain Phyllis Eisenstein à qui j'ai dédié le troisième livre et elle a répondu : "George, c'est un conte fantastique, tu dois y mettre des dragons". Elle m'a convaincu et c'était la bonne décision. Maintenant que je suis dedans jusqu'au cou, je ne peux pas imaginer le livre sans dragon".

 

Article de Drake Baer. Traduction par Sylvie Ségui, JDN

Voir l'article original : 'Game Of Thrones' Creator George R.R. Martin Shares His Creative Process

Créativité