Bien répondre aux remarques exaspérantes Ça ne marchera jamais

  
   © Olly / Fotolia

Votre équipe est confrontée à une crise et vous avancez une solution que vous pensez judicieuse. Mais en guise de réaction, l'un de vos collaborateurs - toujours le même d'ailleurs - vous coupe dans votre démonstration par un laconique "Ça ne marchera pas !". Même si ce n'est pas simple, vous savez qu'il est bon de se nourrir de la critique. A condition qu'elle soit constructive.

 

Si le collaborateur s'en tient au ressenti, c'est à vous de l'amener dans le factuel : 'que reproches-tu à ma solution précisément ?', 'que proposes-tu de ton côté ?' "Il faut l'inviter à la co-construction de la solution, en lui montrant que son avis vous intéresse", explique Patrick Amar. Une bonne technique pour faire le tri entre les critiques reposant un tant soit peu sur des arguments rationnels et des reproches prétextes, symptomatiques d'un malaise plus généralisé (tensions personnelles avec vous, avec le pouvoir que vous représentez, différend sur un sujet totalement autre...).

 

Si la critique n'est pas constructive ni force de propositions, il faut faire savoir à l'intéressé qu'elle doit cesser. On peut faire un recadrage en tête-à-tête après la réunion, en expliquant par exemple les conséquences négatives que son comportement peut avoir, sur sa propre réputation, ses relations aux autres. En cas de récidive, on peut dire les choses un peu plus sèchement en présence des autres collaborateurs. "On peut également choisir de l'ignorer et de ne valoriser que ceux qui jouent le jeu. L'important est de faire comprendre ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas", assure l'expert.

 

Attention enfin aux prophéties auto-réalisatrices : "ayant à cœur de valider ses croyances et donc ses prédictions, la personne peut adopter un comportement inadapté qui conduit effectivement à l'échec de la solution." Par exemple : votre idée consiste à réduire les délais de traitement des tâches de l'équipe et l'un de vos collaborateurs s'y oppose, mettant en avant une baisse inéluctable de la qualité. Il pourra obtempérer mais travaillera avec si peu de soin qu'effectivement la qualité sera affectée. Il pourra alors se féliciter d'un 'Je vous l'avais bien dit'. Soyez donc particulièrement attentif au travail des réfractaires pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

Relations interpersonnelles / Vie de bureau